JO 2014 - Dopage : les 254 échantillons ont été réanalysés

JO 2014 - Dopage : les 254 échantillons ont été réanalysés©Media365
A lire aussi

Alicia Foricher, publié le lundi 09 octobre 2017 à 18h30

Le CIO a expliqué avoir réanalysé les 254 échantillons des athlètes russes des JO 2014 à Sotchi. Le rapport est demandé pour décembre.

Le CIO a annoncé avoir fini de réanalyser les 254 échantillons d'urine des athlètes russes, prélevés lors des Jeux Olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi. Les échantillons russes avaient été réanalysés pour une enquête concernant les soupçons de dopage de l'Etat russe. Pour rappel, le juriste Richard McLaren avait découvert en 2016 un système de dopage institutionnalisé dans le sport russe. Il y révélait la participation des services secrets russes, qui auraient utilisé un outil pour ouvrir et falsifier les échantillons B, sans laisser de traces. Suite à cela, le CIO a chargé deux commissions pour enquêter sur les JO 2014. Les rapports pourront être utilisés pour d'éventuelles sanctions contre la Russie. Thomas Bach, le président de l'instance olympique, a demandé à la commission Schmid, qui enquête sur la manipulation organisée du système antidopage en Russie, de rendre son rapport "avant la fin de l'année". Les JO d'hiver de 2018 débuteront le 9 février prochain en Corée du Sud.
Un athlète sanctionné pour dopage
Le CIO a également annoncé avoir terminé la réanalyse des échantillons des JO de 2010, à Vancouver. « Sur les 1.710 échantillons d'urine collectés à Vancouver 2010, 70% (1195 échantillons) ont été analysés, notamment les échantillons prélevés sur tous les médaillés et tous les athlètes russes. Trois résultats d'analyse anormaux, provenant tous d'un même athlète, sont actuellement transférés pour une gestion des résultats.» Les JO d'hiver ne sont pas les seuls à être analysés. Pour les Jeux d'été de 2008 et de 2012, le CIO a expliqué avoir réanalysé 1100 échantillons. 106 étaient positifs, ce qui a entraîné le retrait de 75 médailles.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU