Cérémonie de clôture : La Russie toujours privée de son drapeau

Cérémonie de clôture : La Russie toujours privée de son drapeau©Media365

Guillaume MARION, publié le dimanche 25 février 2018 à 03h35

Comme lors de la cérémonie d'ouverture, les athlètes russes ne pourront pas défiler derrière leur drapeau lors de la cérémonie de clôture. Une suspension qui pourrait cependant être levée rapidement.

Coup dur pour les athlètes russes présents à Pyeongchang. En effet, après une réunion du Comité International Olympique (CIO), la décision a été prise de ne pas lever la suspension contre le comité olympique russe. Du coup, les athlètes olympiques de Russie ne pourront pas défiler derrière leur drapeau lors de la cérémonie de clôture de ces Jeux Olympiques 2018, qui se déroulera ce dimanche à partir de 12h00 (heure française). Comme lors de la cérémonie d'ouverture, les Russes défileront donc derrière une bannière neutre. Une décision dure mais logique malgré quelques bons résultats, comme la médaille d'or d'Alina Zagitova en patinage artistique, qui ne cachent pas deux cas de dopage dans leur rang, avec le curleur Aleksandr Krushelnitckii et la bobeuse Nadezhda Sergeeva. Cependant, cette sanction envers la Russie pourrait être levée s'il n'y a pas de contrôle positif signalé lors de ces Jeux Olympiques de Pyeongchang après que tout les résultats de tous les contrôles effectués soient connus.

"C'est le fruit d'une profonde réflexion. Cette décision n'a pas été prise à la légère. C'est une bonne décision à mon sens. Il y a eu tout un travail qui a été fait derrière. Cela n'a pas été décidé sur l'émotion ou en deux minutes. Il a fallu discuter, il a fallu voir par rapport aux critères qui avaient été fixés par le CIO dans sa décision du 5 décembre. Ce n'est pas tout blanc tout noir. Ce n'est jamais évident. Il y a eu une discussion constructive. On parle de lutte contre le dopage, c'est une affaire très sérieuse, on parle d'une situation qui était très délicate avec les Russes. Bien évidemment, il fallait qu'il y ait une discussion, bien évidemment on devait pouvoir apporter son point de vue. C'est ce qui a été fait et il y a eu un consensus à a fin sur la décision qui a été prise. Maintenant, il faut aussi penser à l'avenir, la lutte contre le dopage continue et il faut encore qu'on s'améliore pour que ce genre de situation soit n'arrive plus soit, si elle survient, qu'on puisse réagir de la manière la plus appropriée'', a confié Jean-Christophe Rolland, président de la Fédération internationale d'aviron et membre français du CIO, dans des propos recueillis par L'Equipe.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.