VTT, les raisons d'un échec

VTT, les raisons d'un échec©Panoramic, Media365
A lire aussi

Benoît Conta, Media365 : publié le mardi 27 juillet 2021 à 14h01

Annoncées comme favorites de l'épreuve de VTT, Loana Lecomte et Pauline Ferrand-Prévot n'ont pas réussi à ramener une médaille, après une course manquée. Tentative d'analyse.


Christophe Manin n'a pas souhaité se cacher derrière son petit doigt à l'heure d'analyser l'échec de Loana Lecomte (6e) et Pauline Ferrand-Prévot (10e) lors de la course olympique de VTT. « Autant les garçons ce n'était pas un échec car on était outsiders, autant oui aujourd'hui c'est un échec qui est dur à encaisser pour tout ceux qui ont contribué à cette aventure », a reconnu le DTN de la Fédération française de cyclisme, au micro de RMC. Alors comment expliquer cet échec des deux Tricolores, annoncées comme favorites de la course ?


PFP, une chute fatale

Pour Pauline Ferrand-Prévot, la 10e place s'explique en grande partie par sa chute subie dès le premier tour, au contact de la future championne olympique, Jolanda Neff. « « Elle a pris à gauche, moi, à droite, raconte la Champenoise, dans les colonnes de L'Equipe. Je me suis dit : "Si je ne freine pas, si elle ne freine pas, on se satellise toutes les deux'', alors j'ai freiné. Avec Neff, c'est toujours un peu chaotique, je sais qu'elle débranche le cerveau. » Une attaque refusée par la Suissesse. « J'avais pris de la vitesse pour sauter, et pas du tout pour rouler dessus. Je n'ai pas freiné pour passer sur la bosse, car elle était en dessous, à vitesse réduite, et j'ai dû en quelques instants changer d'option et prendre à gauche. Je suis vraiment chanceuse de ne pas être tombée, c'était un geste stupide de sa part, c'est vraiment dangereux », réfute cette dernière, au Parisien. 

Un incident fatal pour Julien Absalon, champion olympique de la discipline et compagnon de PFP. « Le vélo resdescend, elle y va, et avec les chaussures en carbone elle a du mal à remonter. Dans une autre situation ca aurait été comique mais là c'était catastrophique car sur une petite chute de rien du tout elle perd 30 secondes », glisse ce dernier, alors que sa compagne a ensuite également crevé. 



Lecomte, le manque d'expérience

Numéro une mondiale de la discipline après une saison parfaite (4 victoires sur les 4 courses programmées), Loana Lecomte semble avoir coincé physiquement... tout en confessant avoir tout donné. «  J'ai eu du mal à me mettre dedans physiquement. Il m'a fallu un tour et demi pour trouver des sensations. J'avais tout mis en place avec mon entraîneur pour être en forme. J'étais peut-être un petit peu moins bien qu'en Coupe du monde mais pas collée (à la route) non plus. Le stress d'être ici m'a peut-être usé un peu d'énergie. En tout cas, je ne pense pas avoir commis d'erreurs dans ma préparation, j'apprends, c'est tout », explique la jeune femme de 21 ans. 

Un manque d'expérience qu'elle devrait combler pour Paris 2024. « Loana va beaucoup apprendre, croit savoir Yvan Clolus, le manager de l'équipe de France de VTT. Elle a déjà compris qu'en année olympique il y a des spécialistes qui ne se préparent que pour les Jeux. Il faut avoir beaucoup d'humilité et se dire qu'elles seront prêtes. Et puis il y a l'agressivité. Il faut l'être positivement. Il faut switcher en mode JO. Dans cette discipline, ça peut finir au tas tout de suite. Loana n'a pas cette expérience. Elle a beaucoup plus appris aujourd'hui que pendant ses quatre manches de Coupe du monde. Elle était très étonnée du changement d'attitude de certaines. Les gentilles de la Coupe du monde s'étaient transformées en requins. » Loana Lecomte sait ce qui lui reste à faire lors des trois prochaines années...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.