Tokyo 2020 : Des JO avec la boxe, mais sans l'AIBA

Tokyo 2020 : Des JO avec la boxe, mais sans l'AIBA©Media365
A lire aussi

Gabriel Vanhoutte, publié le mercredi 22 mai 2019 à 19h27

Un temps menacée par le CIO à cause de graves défaillances dans la gouvernance de la Fédération internationale, la boxe sera bel et bien présente aux Jeux Olympiques 2020 de Tokyo comme l'a indiqué le CIO ce mercredi. La Fédération internationale sera elle suspendue.

Ce mercredi à Lausanne, le Comité international olympique (CIO) a recommandé la présence de la boxe lors des prochains Jeux Olympiques, à Tokyo en 2020. En revanche, l'institution olympique a maintenu son souhait de voir la Fédération internationale de boxe (AIBA) être écartée de l'organisation du tournoi olympique, à la suite de graves défaillances dans la gouvernance de la Fédération. Si la nouvelle est pour l'heure une recommandation du CIO, elle devrait être aisément ratifiée lors de 134eme session de l'organisation, du 24 au 26 juin prochain en Suisse. L'AIBA, pour la première fois dans l'histoire de la boxe aux Jeux, ne devrait donc pas être organisatrice du tournoi.


Le divorce est consommé entre le CIO et l'AIBA

Lundi encore, l'AIBA se disait « optimiste » après son audition auprès de la commission d'enquête du CIO. Pour autant, cela n'a pas suffi à convaincre et entériner le profond conflit qui traîne depuis des mois entre les deux institutions sportives internationales. Le Comité olympique reproche des défaillances graves en termes de gouvernance, mais aussi une très mauvaise situation financière, ainsi que des soupçons de matchs arrangés. Des accusations lourdes, et une enquête qui dure sur l'institution, dont le changement de patron en novembre 2018 n'a pas arrangé les choses. Homme d'affaires à la réputation sulfureuse, Gafur Rakhimov n'a pas réussi à calmer le courroux olympique et a fini par se retirer fin mars. Un sacrifice inutile finalement, l'AIBA se retrouvant définitivement au ban des prochains JO.

Pour l'AIBA, un véritable manque à gagner

Au-delà d'une mise à l'écart historique et humiliante pour la Fédération internationale de boxe, la question financière se pose pour une AIBA privée de JO. Car l'institution créée en 1920 et comptant 203 fédérations nationales, aurait la tête sous l'eau sur le plan financier. Et l'organisation du tournoi olympique implique une aide financière de la part du CIO. Dans le cas de la boxe, ce sont 15 millions de dollars qui passeraient sous le nez de l'AIBA. Une somme importante pour la Fédération, qui compterait 16 millions de dollars de dettes...

Autre question qui devrait désormais agiter le Comité olympique : qui organisera les tournois qualificatifs puis le tournoi de boxe des Jeux 2020 ? Plusieurs options sont pour l'instant envisagées. Selon une source proche du dossier, qui s'est confiée à l'AFP, le CIO « pourrait inviter des partenaires à organiser le tournoi olympique ainsi que les tournois qualificatifs dans le cadre d'une sorte d'appel d'offre. » Le comité pourrait aussi faire confiance à « une société privée spécialisée dans l'organisation d'événements ». Le plus dur reste donc à faire pour le CIO : exclure l'AIBA est une chose, s'en passer une autre...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.