Renaud Lavillenie : "J'ai des hauts et des bas"

Renaud Lavillenie : "J'ai des hauts et des bas"©Media365
A lire aussi

Mathieu Canac, Media365 : publié le mercredi 28 juillet 2021 à 17h01

De passage en conférence de presse ce mercredi, Renaud Lavillenie a donné des nouvelles de sa cheville gauche à la suite de sa récente entorse.


Champion olympique en 2012, Renaud Lavillenie avait perdu sa couronne à Rio en 2016, devancé par le local Thiago Braz da Silva. Si ses fans, et la France, espèrent le voir reconquérir le titre cette année à Tokyo, les nouvelles ne tendent pas vers l'optimisme. Alors qu'Armand Duplantis s'est imposé en patron de la discipline depuis 2017 et a battu de deux centimètres (6,18m) l'ancien record du monde établi par le Français, ce dernier a fait part de ses inquiétudes physiques ce mercredi. Absent des championnats d'Europe en salle en mars suite à une blessure au mollet droit, il s'est ensuite fait une entorse de la cheville gauche le 11 juillet.

"Ma préoccupation, c'est de faire diminuer la douleur"

"J'ai des hauts et des bas, c'est compliqué dans l'ensemble, a-t-il confié dans des propos rapportés par l'AFP. Je sens toujours que ma cheville est sensible. Je continue les soins, je ne désespère pas." Pour rester positif, il a souligné les quelques jours de récupération restants avant le début du concours de saut à la perche, et ses récents entraînements. "J'ai retrouvé de bonnes sensations à Kobe (où l'équipe de France est en stage, ndlr), a-t-il poursuivi. J'ai réussi à m'engager lors des dernières séances, avec les pointes. J'ai fait des sessions de course très rapides pour voir la réaction de la cheville. J'ai plusieurs éléments encourageants. Ma préoccupation, désormais, c'est de faire diminuer la douleur. Le grand verdict sera samedi matin, je reste confiant."


"Je suis un battant"

Une confiance mêlée de quelques doutes, logiquement. "Il y a forcément un peu d'inquiétude, je ne suis pas dans la position rêvée, a-t-il ajouté. C'est une part d'inconnu. Je ne serais pas contre avoir un ou deux jours de plus pour gagner du temps. Mais je sais au fond de moi que je suis un battant, je ne vais pas lâcher. Je me suis préparé à sauter quoi qu'il arrive. Je n'ai pas encore pris d'antidouleurs, on décidera au dernier moment avec le staff." Prêt à serrer les dents, Renaud Lavillenie espère ensuite pouvoir les desserrer sur le podium, sourire jusqu'aux oreilles, avec une troisième médaille en trois olympiades.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.