Pentathlon moderne : Pas de sanction contre Schleu, son entraîneure vivement sermonnée

Pentathlon moderne : Pas de sanction contre Schleu, son entraîneure vivement sermonnée©Media365

Mathieu WARNIER, Media365 : publié le lundi 06 septembre 2021 à 16h25

Après les coups infligés au cheval Saint Boy lors de l'épreuve d'équitation du pentathlon moderne féminin des Jeux d'été de Tokyo, l'UIPM a décidé de ne pas sanctionner la cavalière allemande Annika Schleu. Son entraîneur, Kim Raisner, quant à elle, a été officiellement sermonnée.



Les images ont choqué beaucoup de monde. A l'occasion de l'épreuve d'équitation du pentathlon moderne féminin des Jeux d'été de Tokyo, la cavalière allemande Annika Schleu a vu ses espoirs de médailles s'évaporer en raison d'un cheval rétif au moment de passer les obstacles. Face à cette situation, celle qui pointait en tête du classement avant son passage face aux obstacles a multiplié les coups de cravache et d'éperons sur consigne de son entraîneure Kim Raisner. Cette dernière a également frappé Saint Boy. Face au tollé logiquement provoqué par ces images, l'Union Internationale de Pentathlon Moderne (UIPM) a déjà pris l'engagement de travailler sur le bien-être animal mais a également renvoyé devant sa commission de discipline la cavalière et son entraîneure. Cette dernière a donné son verdict ce lundi, qui a été rendu public via un communiqué de l'UIPM.

L'UIPM met en garde Raisner

Tout d'abord, concernant Annika Schleu, cette dernière a été « déclarée non coupable d'utilisation excessive du fouet et des éperons et aucune mesure ne sera prise » à son encontre. Par contre, l'exclusion du reste des compétitions à Tokyo décidée le 7 août dernier par le Conseil Exécutif de l'UIPM à l'encontre de Kim Raisner a été confirmée. De plus, cette dernière a reçu une « réprimande officielle » mais également « un avertissement » qui pourrait lui valoir une exclusion du programme de certification des entraîneurs mis en place par l'UIPM mais également le retrait de son autorisation à entraîner en compétition. A cela s'ajoute l'obligation de participer à un séminaire de formation pour les entraîneurs avec un module concernant le traitement sans cruauté des animaux. Kim Raisner ne pourra pas reprendre ses activités d'entraîneur tant qu'elle n'aura pas suivi ce séminaire. Mais tout n'est pas encore terminé pour Annika Schleu, qui fait l'objet d'une plainte venant d'une association de protection des animaux en Allemagne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.