Paris 2024 : La Mairie de Paris dérangée par un possible partenaire des Jeux

Paris 2024 : La Mairie de Paris dérangée par un possible partenaire des Jeux©Media365

Mathieu WARNIER, publié le vendredi 05 avril 2019 à 11h03

Dans un courrier adressé à Tony Estanguet, la Maire de Paris Anne Hidalgo n'a pas caché son opposition à l'arrivée du groupe pétrolier Total comme possible partenaire de Paris 2024.

A un peu plus de cinq ans de l'événement, le Comité d'Organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024 (COJO) est à la recherche de généreux partenaires. A fin de compléter le budget des Jeux, estimé à 3,8 milliards d'euros, le COJO est à la recherche d'un peu plus d'un milliard d'euros versés par d'éventuels sponsors. Après avoir convaincu le groupe bancaire BPCE, déjà sponsor du mouvement olympique français, de rejoindre l'aventure, l'arrivée d'un autre partenaire d'importance fait grincer des dents à la Mairie de Paris. En effet, les négociations avec le groupe pétrolier Total, qui va prochainement prendre pied dans le cyclisme, sont à un stade avancé. Mais, vu la volonté affichée de la Mairie de Paris de mettre l'environnement au cœur des préoccupations, signer avec un pétrolier serait un mauvais signe.

Total, un partenaire qui ne passe pas pour Anne Hidalgo

Anne Hidalgo, Maire de Paris, a confié son sentiment sur le sujet dans un courrier adressé au président du COJO, Tony Estanguet, que le quotidien Le Parisien a pu se procurer. Une missive où l'édile rappelle sa volonté de voir un projet olympique « exemplaire sur le plan environnemental », visant des « Jeux neutres en carbone ». Et, aux yeux de celle qui est à la tête de la Capitale depuis avril 2014 et qui n'était pas une farouche partisane du rêve olympique au début de la campagne, l'arrivée d'un groupe pétrolier comme partenaire brouillerait le message. « Il me semble essentiel que le processus que vous conduisez intègre parmi ses critères le recours à des entreprises elles aussi reconnues pour leur engagement environnemental, assure Anne Hidalgo dans sa lettre, où elle vise à mots couverts le potentiel accord Paris 2024-Total. Il serait très difficilement compréhensible pour nos concitoyens que soient retenues des entreprises dont l'activité aurait un lourd impact sur l'environnement en se fondant notamment sur le record massif à des énergies carbonées. »

Estanguet tente d'éteindre l'incendie

Tony Estanguet, pour sa part, assure que les partenaires des Jeux de Paris 2024 ne seront pas en mesure de « remettre en cause l'ambition et les engagements pris ». Mais, face à la nécessité d'assurer le financement des Jeux en limitant la part de fonds publics, l'arrivée de généreux sponsors est nécessaire et rien n'indique que se passer de la manne financière proposée par Total soit une option viable. « Le budget du comité d'organisation est financé à 97% par des recettes privées dont une contribution très importante, près d'un tiers, des partenaires domestiques », rappelle Tony Estanguet dans des propos relayés par le quotidien Le Parisien, signe que cet accord avec un des plus grands groupes pétroliers mondiaux n'est qu'une question de temps. Le patron de Paris 2024 a également tenté d'apaiser les tensions assurant que « toutes les entreprises qui s'engageront à nos côtés partageront l'ambition de Jeux uniques et responsables ». De quoi apaiser la Mairie de Paris ? C'est loin d'être certain.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.