Paris 2024 : Anne Hidalgo mécontente après l'accord entre le CIO et Airbnb

Paris 2024 : Anne Hidalgo mécontente après l'accord entre le CIO et Airbnb©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER : publié le mardi 19 novembre 2019 à 09h30

Le contrat de partenariat annoncé ce lundi entre le Comité International Olympique et la plateforme Airbnb a provoqué une vive réaction de la Maire de Paris, Anne Hidalgo, à cinq ans des JO organisés à Paris.



Si l'annonce a été faite en catimini, elle n'a pas été manquée par la Mairie de Paris. Ce lundi, le Comité International Olympique a officialisé un partenariat jusqu'en 2028 avec la plateforme de location et de réservation de logements de particuliers Airbnb, qui proposera « une opportunité économique aux athlètes pour générer des revenus grâce aux nouvelles expériences avec des olympiens ». « Ce partenariat novateur renforce notre stratégie qui est de s'assurer que l'organisation efficace des Jeux Olympiques est durable et laisse un héritage à la communauté hôte, a déclaré dans un communiqué le président du CIO Thomas Bach. Avec le soutien d'Airbnb, nous offrirons également de nouvelles possibilités aux athlètes du monde entier de générer leurs propres revenus en faisant la promotion de l'activité physique et des valeurs olympiques. » Si cet accord a été bien reçu au sein du CIO, ce n'est pas du tout le cas du côté des élus parisiens.

Hidalgo prévient le CIO sur « les risques et le conséquences » de ce partenariat

Prévenue dès vendredi dernier de la conclusion de cet accord, Anne Hidalgo s'est empressée d'envoyer une lettre à Thomas Bach. Une missive dans laquelle la Maire de Paris a souhaité « alerter le CIO sur les risques et les conséquences » d'une alliance avec Airbnb, vu comme « un facteur d'augmentation du prix des loyers et d'aggravation de la pénurie de logements, en soustrayant à Paris un nombre important de logements ». Mais, si Anne Hidalgo a pu opposer son veto à un partenariat liant le Comité d'Organisation de Paris 2024 avec le groupe pétrolier Total, cela ne sera pas possible pour cet accord en haut-lieu. Face à cela, le premier adjoint du Maire de Paris, Emmanuel Grégoire, a confirmé sur franceinfo la volonté d'Anne Hidalgo d'organiser un référendum local pour « définir les bonnes conditions d'usages d'Airbnb ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.