Omnisport - Dopage : La Russie répond à l'AMA

Omnisport - Dopage : La Russie répond à l'AMA©Media365
A lire aussi

Lucas Bertolotto, publié le vendredi 27 décembre 2019 à 12h23

Par l'intermédiaire du directeur général de l'Agence russe antidopage Iouri Ganous, la Russie a contesté son exclusion des compétitions mondiales ce vendredi.

Le combat continue. Suspendue le 9 décembre dernier de toutes les compétitions sportives mondiales pour les quatre prochaines années, la Russie a riposté ce vendredi. Le directeur général de l'Agence russe antidopage Iouri Ganous s'est exprimé devant la presse en annonçant une contestation de la décision prise par l'AMA : « Un ensemble de documents a été envoyé à l'Agence mondiale antidopage parmi lesquels la notification du désaccord avec les sanctions. » Privée des Jeux Olympiques en 2020 et 2022 et de Coupe du Monde en 2022, la Russie ne souhaite pas se laisser faire dans cette affaire de dopage révélée il y a plus de quatre ans. Un scandale qui a déjà privé le pays de plusieurs compétitions majeures, notamment les JO d'hiver de Pyeongchang en 2018, obligeant les athlètes russes à concourir sous la bannière olympique.


Ganous : « J'ai échoué dans mes efforts »

De plus, Ganous a annoncé avoir envoyé un autre courrier en son nom pour signifier son désaccord avec les positions russes : « J'ai le regret de vous informer que j'ai échoué dans mes efforts pour faire changer d'avis quant à cette notification. » Une position délicate pour le directeur de la Rusada qui ne cesse de réclamer au président Vladimir Poutine un grand nettoyage au sein des instances sportives de son pays. Ce dernier a d'ailleurs confié que la contestation de la Russie avait plus de chances de mener à des sanctions plus lourdes qu'à une annulation de la suspension. L'Agence Mondiale Antidopage a confirmé ce vendredi en début de soirée avoir reçu les documents permettant à la Russie de contester la décision prise par son Comité Exécutif. Le Tribunal Arbitral du Sport va donc être prochainement saisi pour statuer sur ce dossier. « L'AMA reste convaincue d'avoir pris la bonne décision le 9 décembre dernier, assure Sir Craig Reedie, président de l'AMA dans ce communiqué. Les conséquences proposées sont lourdes pour les autorités russes tout en protégeant de manière robuste l'intégrité du sport propre autour du monde. Nous allons défendre devant le TAS cette décision avec la plus grande vigueur. » Une affaire qui est loin d'être finie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.