Olympisme : Les Etats-Unis poussent pour un retour des Russes et Biélorusses

Olympisme : Les Etats-Unis poussent pour un retour des Russes et Biélorusses©panoramic, Media365

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le mardi 13 décembre 2022 à 11h58

Susanne Lyons, la présidente du Comité olympique et paralympique américain, a confié ce lundi qu'elle n'était pas contre le retour des sportifs russes et biélorusses dans les compétitions, en vue des Jeux Olympiques de Paris.


Dans les différents sports olympiques, le processus de qualification pour les Jeux Olympiques de Paris 2024 a déjà commencé, ou va l'être prochainement. Mais pour l'instant, les sportifs russes et biélorusses sont interdits d'y participer, suite à l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février dernier. Alors que le porte-parole du Comité international olympique avait fait savoir la semaine dernière que leur réintégration n'était pas à l'ordre du jour, la porte s'est peut-être ouverte ce lundi à l'occasion du Sommet olympique, à Lausanne, qui réunissait des membres du CIO et des présidents de Fédérations internationales. C'est en tout cas ce qu'a fait savoir Susanne Lyons, la présidente du Comité olympique et paralympique américain, dont la voix porte forcément plus que celle d'autres pays.

"Notre mission reste de rassembler pacifiquement le monde entier autour du sport"

« Nous n'avons pas convenu que les athlètes reviendraient. Nous avons convenu qu'il y aurait maintenant une exploration et une consultation avec les parties prenantes pour voir s'il pourrait y avoir une voie pour que ces athlètes individuels reviennent sous couvert de neutralité. Il y a une réelle volonté que cela arrive, car notre mission reste de rassembler pacifiquement le monde entier autour du sport. Le mouvement olympique peut difficilement tolérer que ces athlètes soient interdit de concourir », a déclaré la dirigeante. A condition, bien sûr, que ces athlètes n'aient pas soutenu la guerre, ce qui est toutefois assez difficile à prouver. "Je ne sais vraiment pas comment il sera possible de savoir si un athlète soutient ou non les actions de son gouvernement. Cela me semble même quasiment impossible. Mais nous sommes au moins arrivé à un accord sur notre volonté commune d'autoriser les sportifs qui n'ont pas soutenu activement le conflit", a expliqué la présidente. Susanne Lyons a également précisé que si les Russes et Biélorusses prenaient part aux prochaines compétitions, ce serait sans leur drapeau ni le nom de leur pays. Pas question donc de parler de "comité olympique russe", comme lors des Jeux Olympiques d'été en 2021 et d'hiver 2022, où la Russie était suspendue, non pas en raison de la guerre, mais du dopage d'état.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.