La colère de Bart: "Pas comme ça que je vois le sport"

La colère de Bart: "Pas comme ça que je vois le sport"©Panoramic, Media365

Benoît Conta, Media365 : publié le samedi 07 août 2021 à 11h46

Adrien Bart était partagé entre colère et frustration, samedi, après sa quatrième place décrochée au C1, 1000 mètres.

Comble pour céiste, Adrien Bart a pas mal navigué entre deux eaux, ce samedi, à l'heure de débriefer sa finale, terminée à la 4e place, à un petit dixième du Moldave Serghei Tranovschi. Un concurrent déjà troisième à Rio, mais dont la médaille de bronze lui a été retirée suite à un contrôle antidopage hors-compétition subie en juillet 2016. Autre conséquence directe, le bonhomme d'origine ukrainienne a été suspendu pour quatre ans en février 2017, et n'est présent à Tokyo que grâce au report d'un an. De quoi filer la migraine au Français, qui hésitait entre frustration et colère. 



« C'est comme ça, a d'abord lancé Bart, au micro de RMC. Il a pris quatre ans de suspension car il était positif à des substances dopantes. Aujourd'hui, il est de retour et il va vite. Mais on a vu aujourd'hui qu'il était battable. Deux mecs l'ont battu. Est-ce que la substance agit toujours dans son corps? Je n'en sais rien, je ne suis pas scientifique. Mais cette course prouve qu'il est battable, j'aurais dû le battre et je n'ai pas réussi à le faire. »


Rendez-vous en 2024 ?

Place ensuite à la colère, devant l'AFP. « Ça fait chier qu'il soit là, qu'il soit aussi fort. On ne sait pas grand-chose de ce mec et en même temps, je ne veux rien savoir de lui, a-t-il pesté. Ce ne sont pas des choses que j'aime, ce n'est pas comme ça que je vois le sport. Même s'il a pu commettre une erreur, je suis désolé, j'ai une vigilance qui est super élevée. Si on est pro, on doit être vigilant sur tout ce qu'on ingère. Il n'a pas été vigilant ou alors il a triché, donc c'est quelqu'un de pas très pro et de pas très respectable. »

Et on conclut avec une nouvelle dose de philosophie. « J'ai tout donné, tout mis en place, je fais quatrième, c'est mon niveau aujourd'hui. Il y a des gars que j'ai battus et que je n'aurais jamais pensé battre. On va remettre les choses à plat. Si on repart pour trois ans, on doit repartir sur des bases solides, car sans cela on ne va pas très loin », conclut le Nordiste, en esquissant un horizon à Paris 2024...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.