L'escalade, nouvelle discipline spectaculaire aux JO

L'escalade, nouvelle discipline spectaculaire aux JO©Panoramic, Media365

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le jeudi 15 juillet 2021 à 15h53

Focus sur l'escalade, l'un des cinq nouveaux sports proposés aux prochains Jeux Olympiques d'été. Une nouvelle discipline qui devrait valoir le coup d'oeil...



Les prochains Jeux Olympiques de Tokyo proposeront cinq nouvelles disciplines sportives afin de toucher un « public plus jeune » selon le Comité International Olympique : le skateboard, le surf, le basket 3x3, le karaté et... l'escalade. Sport en vogue en France, l'escalade se déroulera du 3 au 6 août et promet d'être particulièrement spectaculaire.

Trois disciplines : difficulté, vitesse et bloc

Vingt athlètes femmes et autant d'athlètes masculins, grimpant une pente tel un Tom Cruise dans le film « Mission Impossible II », s'affronteront à travers trois disciplines. Il y aura l'épreuve de difficulté, disputée sur un parcours dont le niveau ira crescendo. Les représentants engagés devront faire preuve de force et d'endurance pour arriver en haut des 15 mètres le plus vite possible. Ils découvriront un tracé qu'ils auront six minutes pour analyser et six minutes pour escalader. Une chute est éliminatoire tandis que la hauteur atteinte par l'athlète avant sa chute est enregistrée. Tous les athlètes arrivés au sommet seront départagés par le chronomètre.

On trouvera aussi l'épreuve de vitesse où il faudra grimper sur le mur le plus vite possible. Sur un mur de 15 mètres de haut, deux athlètes se défieront sur deux parcours identiques côte à côte avec l'objectif d'arriver le premier en haut après vingt prises de main et onze pour les pieds. Celui qui atteindra le buzzer et tapera dessus en premier au sommet éliminera aussitôt son concurrent.


Quatre grimpeurs français à Tokyo

Il y aura enfin le bloc, une épreuve sans harnais bien connue des amateurs d'escalade. La réflexion et la force physique entreront en jeu. Trois blocs placés sur trois murs de 4 mètres de haut chacun seront au programme. Comme pour l'épreuve de vitesse, les concurrents seront placés dans une zone d'isolement, découvriront le parcours au dernier moment et disposeront de quatre minutes maximums pour analyser et grimper chacun des trois tracés. Objectif : rallier la prise stop située tout en haut de chaque bloc. Chaque grimpeur a le droit à un nombre de chutes illimité mais contrairement à la vitesse, il n'y a pas de chrono pour triompher. Il faudra gravir le plus de blocs avec le moins de tentatives possible.

A noter que quatre grimpeurs représenteront la France au Japon : Julia Chanourdie, âgée de 25 ans, Anouck Jaubert (27 ans) et les frères Bassa (36 ans) et Mickael Mawem (30 ans). Il y a un quota de quatre athlètes par nation et trois pays dans le monde ont rempli les quotas : les États-Unis, le Japon et la France. La première compétition de ce sport prisé des Français a eu lieu le 7 juillet 1985 à la frontière franco-italienne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.