JO de Tokyo : Le sélectionneur français déçu après le renoncement d'Alaphilippe

JO de Tokyo : Le sélectionneur français déçu après le renoncement d'Alaphilippe©Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le vendredi 14 mai 2021 à 21h26

Thomas Voeckler réagit à la décision de Julian Alaphilippe de ne pas disputer les Jeux Olympiques pour raisons personnelles. Déçu, le sélectionneur de l'équipe de France la comprend et va devoir désormais revoir ses plans.



La décision est tombée vendredi. Julian Alaphilippe ne prendra pas part aux prochains Jeux Olympiques de Tokyo. Le coureur de la formation Deceuninick-Quick Step a annoncé via une publication sur Instagram qu'il ne briguera pas une sélection pour les prochains JO en raison de la naissance de son premier enfant prévue pour le courant du mois de juin. « Une décision mûrement réfléchie », écrit le champion du monde, ce que confirme le sélectionneur de l'équipe de France. « Il a commencé à m'en parler début mars. Dans les interviews, cet hiver, les Jeux ne semblaient plus être un objectif pour lui, et ses réponses m'ont mis la puce à l'oreille. Contrairement à 2020 (avant le report des JO) où l'objectif était très clair », explique Thomas Voeckler à L'Equipe.

Voeckler : « Je respecte son choix mais cela n'enlève rien à la déception car nous perdons une occasion en or »


L'ancien coureur « respecte » et « comprend » cette décision. « Il m'a exposé des motifs que je n'ai pas à évoquer, car ils lui sont personnels, et il le fera s'il en a envie... Je respecte son choix mais cela n'enlève rien à la déception car nous perdons une occasion en or. Mais on n'allait pas le forcer à venir. S'il avait fallu le forcer, je ne l'aurais pas sélectionné. On n'enchaîne pas trois semaines de Tour de France et les Jeux Olympiques sans une grande motivation », indique le patron des Bleus qui va donc devoir faire autrement en vue de JO.

« Je suis convaincu que l'équipe de France aura fière allure »

« Cela fait partie d'une vie de sportif de haut niveau de faire des choix et de celle d'un sélectionneur de s'adapter. Sans faire offense aux autres coureurs, sur ce type de circuit, Julian était notre meilleure carte, concède Thomas Voeckler. Sans lui, cela ne sera peut-être pas la même sélection ni la même manière de courir. Il faudra également tenir compte de l'opposition. Je suis convaincu que l'équipe de France aura fière allure, mais je ne peux pas dire qu'on a le coureur pour gagner et que les quatre autres rouleront pour lui. Pour rendre la composition de la sélection, je prendrai un maximum de temps, ce qui ne veut pas dire que les coureurs ayant donné suffisamment de garanties ne seront pas au courant. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.