JO 2024 - Paris : L'Assemblée Nationale approuve le projet de loi olympique

JO 2024 - Paris : L'Assemblée Nationale approuve le projet de loi olympique©Media365
A lire aussi

Lucas Bertolotto, publié le jeudi 21 décembre 2017 à 10h25

Le projet de loi olympique Paris 2024, qui transcrit les engagements pris par la ville de Paris à l'égard du CIO, a été largement approuvé par l'Assemblée Nationale ce mercredi.

« Une chance incroyable de développement du sport » a annoncé la ministre des Sports Laura Flessel à propos de l'organisation des Jeux Olympiques 2024. Ce mercredi, l'Assemblée Nationale s'est réunie pour approuver le projet de loi olympique Paris 2024. Si de nombreux doutes se faisaient sentir auprès de certains députés (concernant le temps de préparation pour répondre aux exigences du Comité International Olympique sur les dérogations aux règles d'urbanisme et d'affichage publicitaire) tous les groupes politiques ont soutenu ce projet, à l'exception des Insoumis. Le texte qui transcrit les engagements pris par la ville de Paris à l'égard du CIO a été voté à main levée et sera débattu au Sénat début février pour une adoption définitive à la fin du premier trimestre 2018. Un point noir a cependant été relevé en vue de l'organisation des Jeux Olympiques 2024. Le socialiste Régis Juanico a relevé : « Les marges de manœuvre limitées pour modifier le texte. » Ce sur quoi Laura Flessel a tout de suite rebondi en annonçant un projet de loi « sport et société » début 2019 pour encourager la pratique pour tous et partout. Des sponsors sur les monuments historiques ? Ce mercredi, l'Assemblée Nationale a surtout débattu sur la possibilité de voir les monuments historiques de Paris ornés d'emblèmes olympiques et de sponsors du CIO. Dès le vote de la loi, les sites classés pourraient être pavoisés d'emblèmes olympiques jusqu'en 2024. De plus, l'affichage des sponsors du Comité International Olympique et des JO 2024 pourrait être autorisé sur les monuments historiques qui vont accueillir les Jeux comme le Champ de Mars (volley) ou encore le Grand Palais (escrime, taekwondo), et ce pendant trois mois autour de l'événement. La député LR de Paris Brigitte Kuster a rapidement réagi à ce propos et a peur d'un « effet de saturation qui va dénaturer l'image de la capitale. » Ce a quoi la rapporteure du projet Aude Amadou (LREM) a répondu : « Pas de sponsors, pas de recettes. Préférez-vous consacrer deux milliards d'argent public au lieu de trois mois de recettes publicitaires ? » A noter que le futur comité d'organisation des Jeux attend un milliard d'euros de ses partenaires commerciaux en plus des sponsors du CIO.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU