JO 2024 : Le président du CIO salue des mesures qui préparent l'avenir

JO 2024 : Le président du CIO salue des mesures qui préparent l'avenir©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mardi 08 décembre 2020 à 17h00

A la suite de la décision de la Commission Exécutive du CIO de modifier le programme des Jeux Olympiques de Paris 2024 pour aller vers la parité, Thomas Bach s'est satisfait des mesures décidées.



Paris 2024 ne seront pas des Jeux Olympiques comme les autres. La Commission Exécutive du Conseil International Olympique a confirmé ce lundi des aménagements en vue des épreuves qui auront lieu dans la Capitale du 26 juillet au 11 août 2024. D'ores-et-déjà validée par le Comité d'Organisation des Jeux Olympiques Paris 2024, l'arrivée de quatre nouveaux sports a été confirmée par le CIO, au plus grand bonheur de son président, Thomas Bach. « Je suis plus que content, je suis heureux avec ce nouveau programme des Jeux Olympiques Paris 2024 parce qu'il reflète l'Agenda Olympique 2020 et il prépare les Jeux Olympiques pour le monde après le coronavirus, a confié le patron du CIO. Il faut d'abord dire que nous aurons quatre sports qui s'adressent aux jeunes avec le surf, le skateboard, l'escalade et le breakdance, qui sont fascinants pour les jeunes. »

Plus d'égalité et moins de participants, la bonne équation pour Bach

Si le programme des épreuves a été modifié, avec la boxe et l'haltérophilie menacées, c'est également pour permettre aux Jeux Olympiques de faire un pas de plus vers l'égalité entre hommes et femmes. En effet, pour la première fois, il y aura une stricte parité au sein des 10 500 athlètes appelés à participer aux épreuves. Un chiffre qui traduit également une réduction du nombre d'engagés à hauteur de 592 athlètes. Pour Thomas Bach, c'est un pas dans la bonne direction afin d'avoir des Jeux Olympiques à l'organisation maîtrisée. « Il y aura, pour la première fois dans l'histoire olympique, une égalité complète. Il y aura exactement 50% d'hommes et 50% de femmes, confirme le président du CIO. De plus, on a réussi à réduire le nombre des athlètes et officiels de 1000 personnes, ce qui facilite grandement le travail du Comité d'Organisation et réduit les coûts pour ce dernier. » Des coûts qui, par l'intermédiaire du COJO, ont déjà été réduits au travers d'une réorganisation des sites de compétitions qui doit être prochainement validée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.