JO 2024 : L'escalade, le skateboard, le surf et le... breakdance au programme

JO 2024 : L'escalade, le skateboard, le surf et le... breakdance au programme©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le jeudi 21 février 2019 à 10h36

Le comité d'organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024 a annoncé ce jeudi matin les quatre disciplines additionnelles qu'il souhaite ajouter au programme à l'occasion de cette Olympiade dans la Capitale. Comme attendu, il s'agit de l'escalade, du skateboard, du surf et du breakdance. Le CIO décidera en juin prochain de valider ou non ces propositions.



Ce n'était donc pas une blague. Tony Estanguet et ses équipes ont bien l'intention de faire des Jeux Olympiques de Paris 2024 les premiers de l'histoire à présenter à leur programme le... breakdance.Comme attendu, la discipline fait bien partie des quatre proposées (escalade, surf, skateboard et donc breakdance) par le comité d'organisation pour être ajoutées au programme de l'édition 2024 dans la Capitale, ce jeudi matin à Paris lors d'une conférence de presse qui s'est tenue dans la somptueuse Paris-La Défense Arena. Un événement qui a permis au COJO de confirmer qu'en plus du breakdance, encore jamais présenté dans toute l'histoire des Jeux, l'escalade, le skateboard et le surf pourraient avoir eux aussi leur place dans cinq ans en France. Les trois disciplines font en effet partie elles aussi des propositions faites ce jeudi matin dans l'enceinte flambant neuve de La Défense.


Toutefois, à la différence du breakdance, appelé à faire son entrée pour la première fois sur des JO en 2024, l'escalade, le surf et le skateboard, eux, auront l'honneur de figurer au menu dès les prochains Jeux, en 2020 à Tokyo. En revanche, les Japonais n'avaient pas pensé au breakdance. Si le CIO valide cette liste chère à Estanguet et ses collaborateurs, Paris 2024 pourra donc se vanter d'avoir le premier pensé à introniser à l'échelon olympique cette danse acrobatique née du mouvement hip-hop et décrite sur le compte twitter officiel de France Olympique comme un "sport urbain, universel et populaire avec plus d'un millions de bboys et de bgirls en France".

Le CIO tranchera en décembre 2020

"Nous proposons de faire entrer le breakdance et ses célèbres battles aux Jeux de Paris 2024 pour la première fois de l'histoire des Jeux", poursuit le comité d'organisation des JO parisiens, visiblement pas peu fier de casser les codes en osant ce qui semblait encore impensable avant que la discipline ne fasse parler d'elle lors des JO 2018 de la Jeunesse de Buenos Aires, où l'épreuve mixte avait fait un carton et qui avait vu les Tricolores se distinguer. Pour avoir su tirer son épingle du jeu lors de cette épreuve opposant les concurrents sur des passages notés par des juges avec une prime à la difficulté des figures tentées, un peu comme en patinage artistique, Martin Lejeune était ainsi rentré d'Argentine la médaille d'argent autour du cou. Une performance qui lui avait valu de démontrer ses talents de breakeur aux côtés de sa compatriote Carlota Dudek (quatrième à Buenos Aires) lors de la soirée des Champions, le 5 février dernier à l'INSEP.



Une chance de médaille en perspective pour l'équipe de France en 2024. A condition que le CIO valide les propositions des organisateurs parisiens. L'instance décidera en septembre prochain à Lausanne lors de sa 134eme session si l'escalade, le surf, l'escalade et donc le breakdance, viendront s'ajouter ou pas aux 28 autres sports déjà assurés d'être représentés. En attendant, Tony Estanguet annoncent d'ores et déjà "des Jeux révolutionnaires, créatifs et au service de tous", avec une volonté de "se connecter aux sports qui cartonnent partout dans le monde afin d'apporter aux Jeux une dimension plus urbaine, plus sport de nature et plus artistique". Avec le breakdance ou le skateboard, qui fait partie des dix sports les plus pratiqués au monde, l'ancien champion d'aviron a tapé dans le mille.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.