JO 2024 : C'est le grand jour pour Paris

JO 2024 : C'est le grand jour pour Paris©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le mercredi 13 septembre 2017 à 07h04

Pour les fans de sport ayant vécu le traumatisme du 6 juillet 2005 où Paris, pourtant annoncé favorite, avait perdu l'organisation des JO 2012 au profit de Londres pour quatre petites voix, ce mercredi 13 septembre 2017 sera un jour historique. Oui, Paris va être conviée de nouveau à la grande table de l'Olympisme, cent ans après les JO de 1924 ! Une autre époque.

Un vote à main levée à 20h05
Ce mercredi, après avoir écouté (pour la forme) pendant une heure la présentation des dossiers des deux villes candidates, les membres du CIO vont voter à main levée, à 20h05 (heure française), en faveur, ou pas, de l'accord tripartite Paris-Los Angeles-CIO. Et disons-le tout de suite, il n'y aura pas de surprise : il sera validé. Paris organisera donc les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, Los Angeles les JO 2028 (contre une compensation financière) et le CIO en sortira gagnant car il aura l'assurance de voir les JO d'été organisés dans deux grandes villes, deux grands pays, où les risques d'explosion budgétaire (comme à Pékin ou Sotchi) et d'héritage raté, comme à Athènes ou Rio, seront minimes. Il aura ensuite tout le temps de réfléchir à un nouveau mode d'attribution pour les JO 2032, car on a vu, avec les défections successives de Hambourg, Boston, Rome et Budapest qu'organiser les JO faisait de plus en plus peur aux villes. Bien sûr, il manquera mercredi ce soupçon de suspense, l'ouverture de l'enveloppe, la petite phrase de Thomas Bach clamant : « Les Jeux Olympiques 2024 sont attribués à... », les cris de joie des vainqueurs, les pleurs des battus... Mais Tony Estanguet, Bernard Lapasset, Anne Hidalgo et tous ceux qui ont soutenu et travaillé sur le projet Paris 2024 ne vont pas s'en plaindre.


Paris a su retenir les leçons du passé

Un peu moins de trois ans après que François Hollande a lancé l'idée de se lancer à nouveau dans l'aventure olympique, la France va donc gagner son pari, après une campagne de candidature sans fausse note ou presque (on se souvient tout de même de la petite polémique sur le slogan en anglais « Made for sharing »), où elle a su tirer les leçons du passé. Notamment en mettant en avant les sportifs (à commencer par Tony Estanguet, triple champion olympique et président du comité d'organisation), et non pas les politiques comme en 2005. Les forfaits des villes concurrentes n'ont pas fait de mal non plus à la candidature parisienne, reconnaissons-le. Avec un budget annoncé de 6,6 milliards d'euros, Paris mise sur le fait que la plupart des infrastructures sont déjà en place (ne reste à construire que le bassin de natation, le village olympique et le village des médias) et que seuls 25% de cette somme proviendra de l'argent public. Un budget raisonnable qui convient au CIO, alors que les dernières villes ayant organisé les JO ont fait exploser la facture. Reste désormais à passer des promesses aux actes. Car le plus dur commence pour Paris, qui a désormais un peu moins de sept ans (les JO se dérouleront du 2 au 18 août et les Jeux Paralympiques du 4 au 15 septembre) pour réussir les JO qu'elle a tellement attendus.
 
21 commentaires - JO 2024 : C'est le grand jour pour Paris
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]