JO 2021 : Soutiens pour un kayakiste français en plein imbroglio concernant sa non-qualification aux Jeux

JO 2021 : Soutiens pour un kayakiste français en plein imbroglio concernant sa non-qualification aux Jeux©Media365

Marie Mahé, Media365 : publié le mardi 25 mai 2021 à 16h20

Des sportifs ou anciens sportifs français ont apporté leur soutien au kayakiste français Guillaume Burger (32 ans), qui pensait pouvoir aller aux JO, comme lui avait indiqué la Fédération internationale, avant que cette dernière ne fasse finalement machine arrière, prétextant une erreur administrative.



Une histoire qui est visiblement bien loin d'être terminée. Ces derniers jours, une vaste campagne de soutien a été mise en place sur les réseaux sociaux. Plusieurs sportifs ou anciens sportifs français d'horizons différents ont pris la parole pour tenter d'épauler le kayakiste tricolore Guillaume Burger. Ce dernier est actuellement en pleine histoire rocambolesque concernant sa non-qualification aux prochains Jeux Olympiques d'été 2020 de Tokyo au Japon, qui auront lieu du vendredi 23 juillet au dimanche 8 août prochains. Un véritable imbroglio qui est visiblement encore bien loin d'avoir trouvé son éventuel dénouement heureux. Astrid Guyart, co-présidente de la commission des athlètes de haut niveau, a ainsi notamment déclaré : « C'est un soutien spontané, une volonté d'envoyer un message de solidarité envers l'un des nôtres, ça nous semble normal de le faire. » Avec le hashtag #soutienburger, l'escrimeuse s'est exprimée via Twitter, comme ce fut également le cas de la snowboardeuse Marie Martinod ou bien encore de Yohann Diniz, le tout avec un dessin représentant un hamburger faisant office de cinquième anneau olympique.

Le dernier mot pour le CIO ?

La mésaventure de Guillaume Burger, aujourd'hui âgé de 32 ans, s'est déroulée il y a maintenant une bonne dizaine de jours. A cette période, le Français avait alors pris une belle deuxième place lors de la finale en K1 1000 mètres, à l'occasion d'une étape de Coupe du Mnde qui s'est déroulée à Szeged, du côté de la Hongrie. Avec cette position, le Tricolore pensait avoir décroché son précieux sésame pour les JO. Dans des propos partagés par l'AFP, Ludovic Royé, le directeur technique national (DTN), avait ainsi confié : « Nous avions écrit à la Fédération internationale pour leur demander si nous étions éligibles pour obtenir une place en K1 1000 m, et ils nous ont répondu par écrit que oui. » Mais, dès le lendemain, la Fédération internationale était alors revenue sur ses dires, en prétextant une erreur administrative et offrant même ce fameux billet... au troisième de la course, à savoir le Norvégien Lars Magne Ullvang. Selon l'instance, les Français n'avaient pas la possibilité d'obtenir une place olympique dans cette fameuse course. Depuis, l'incompréhension est toujours fortement présente dans le camp tricolore. Un courrier écrit par le Comité national olympique et sportif français (CNOSF), la Fédération française de canoë-kayak (FFCK) et la Fédération internationale, pourtant coupable de cette fameuse erreur administrative, a été envoyé au Comité international olympique (CIO) pour demander à ce que le Norvégien et le Français aillent tous les deux à Tokyo. Affaire à suivre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.