JO 1976 : Drut a atteint son but

JO 1976 : Drut a atteint son but©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365 : publié le vendredi 23 juillet 2021 à 11h30

Vice-champion olympique du 110m haies à Munich en 1972, Guy Drut a su faire preuve de patience avant de devenir, quatre ans plus tard à Montréal, le premier et seul Français sacré champion olympique de la discipline. Retour sur un jour qui a marqué l'histoire de l'athlétisme français.



Il est celui qui a inspiré des générations de « hurdleurs », de Stéphane Caristan à Pascal Martinot-Lagarde en passant par Ladji Doucouré. Mais la performance que Guy Drut a réalisé le 28 juillet 1976 sur la piste du Stade Olympique de Montréal, personne n'est encore parvenu à la rééditer. Ce jour-là, quatre ans après avoir manqué le titre pour un dixième de seconde face à l'Américain Rod Milburn, le natif d'Oignies est arrivé au sommet du Mont Olympe. « Toute ma préparation a été sur le 28 juillet 1976, 17h50 heure locale. J'ai programmé, organisé ma vie en vue de cette finale olympique, avait confié Guy Drut dans un entretien accordé en 2009 à France-Soir. Quelques jours avant notre départ pour Montréal, lors d'une réception, des centaines de personnes sont venues me serrer la main, me dire qu'ils avaient confiance en moi, et qu'ils comptaient sur moi pour ramener cette médaille. Cela m'a mis énormément de pression. »

Drut a été au bord de l'abandon

Après une série conclue dans un temps modeste (14''04), Guy Drut a haussé le ton lors des demi-finales en 13''49, à quinze centièmes de son temps en finale des Jeux d'été de Munich, au terme de laquelle Rod Milburn avait remporté la médaille d'or en battant le record du monde. Mais ce temps n'était pas suffisant pour espérer le podium et le titre olympique. En effet, le « hurdleur » français n'avait alors réalisé que le quatrième temps des demi-finales. Une relative contre-performance qui aurait pu avoir des conséquences. « La demi-finale s'est mal passée, je finis deuxième derrière le Cubain Alejandro Casañas, s'est rappelé celui qui a intégré le CIO à l'issue de sa carrière sportive. Pourtant favori, je perdais mon moral de vainqueur, a tel point que j'ai songé a déclarer forfait, simuler une blessure ou chuter volontairement. Je cherchais un prétexte pour éviter la défaite. » Mais, réalisant qu'il devait se battre, Guy Drut a eu « un véritable déclic ».


Drut a eu le dernier mot

La finale a été un véritable match à trois avec Alejandro Casañas et Willie Davenport. Mais Guy Drut ne l'a pas caché : « Je suis arrivé sur la piste en patron ». Alors que le Cubain, l'Américain et le Français ont été au coude-à-coude tout au long de la course, le résultat a fini par s'afficher sur les écrans du stade. 13''30... tel est le temps de Guy Drut qui devient à ce moment le premier athlète européen à remporter le titre olympique du 110m haies. Il devance de trois centièmes Casañas et de huit Davenport. Après neuf titres remportés consécutivement par les Américains, c'est la Marseillaise qui a retentit à Montréal. « Je n'ai pas réalisé immédiatement que la victoire m'appartenait, il m'a fallu une quinzaine de secondes avant de prendre conscience de l'exploit que je venais de réaliser », a confié a postériori celui qui reste le seul Français à avoir dominé sa discipline. Il a même fallu attendre 2016 pour voir à nouveau un Tricolore sur le podium avec Dimitri Bascou en bronze à Rio derrière Omar McLeod et Orlando Ortega. A Tokyo, Pascal Martinot-Lagarde, Wilhelm Belocian et Aurel Manga pourront s'inspirer de leur aîné.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.