Jeux Paralympiques : Beaugillet-Pervis, un duo "vraiment fier"

Jeux Paralympiques : Beaugillet-Pervis, un duo "vraiment fier"©Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le samedi 28 août 2021 à 20h31

En bronze lors du kilomètre B des Jeux Paralympiques samedi, le cycliste Raphaël Beaugillet et son pilote François Pervis, déjà médaillé aux JO, ont savouré comme il se doit cette breloque.



Il fait partie des neuf médaillés tricolores de samedi aux Jeux Paralympiques de Tokyo. S'il ne s'est pas couvert d'or, contrairement au triathlète Alexis Hanquinquant, Raphaël Beaugillet a remporté le bronze aux côtés de François Pervis sur le kilomètre B. Les deux cyclistes tricolores ont pris la troisième place d'une course remportée par les Britanniques Fachie Neil et Matthew Rotherham, qui ont au passage battu le record du monde de la spécialité, devant leurs compatriotes James Balle et Lewis Stewart. "Cette médaille représente beaucoup de travail, depuis de nombreuses années, a-t-il ensuite déclaré, rapporte L'Equipe. On le sait, c'est compliqué pour nous de trouver des pilotes qui acceptent de s'investir à 100 %. Je remercie d'ailleurs tous les pilotes que j'ai eus. Et merci à François d'avoir adhéré au projet. Aujourd'hui, on n'a fait qu'un."

Déficient visuel, Beaugillet (31 ans) fait équipe depuis début 2020 avec Pervis, qui a réussi une performance rare en réussissant à remporter une médaille aux Paralympiques après avoir fait de même aux Jeux Olympiques de 2016 de Rio, où il avait déjà décroché le bronze sur la vitesse par équipes. Et le Mayennais de 36 ans, vainqueur de 17 breloques mondiales, va mettre un terme à sa carrière sur cet ultime coup d'éclat. "Je ne pouvais pas rêver meilleure fin", avait-il expliqué avant le début de la compétition, sans savoir qu'il allait de nouveau monter sur un podium. Et après-coup, il avouait être "super satisfait. D'autant plus qu'on n'a pas été arrangé par les confinements. On a beaucoup travaillé, on s'est beaucoup entraîné dans notre garage pendant que les autres équipes avaient peut-être un pôle national, où ils se réunissaient tous les jours. Malgré tout, on s'est donné à fond avec nos petits moyens, on peut vraiment être fier." Il y a effectivement de quoi...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.