Jeux Olympiques - Tokyo 2020 : Le président du comité olympique japonais mis en examen pour corruption

Jeux Olympiques - Tokyo 2020 : Le président du comité olympique japonais mis en examen pour corruption©Media365
A lire aussi

Gabriel Vanhoutte, publié le vendredi 11 janvier 2019 à 14h22

A moins de deux ans des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, le président du comité olympique japonais Tsunekazu Takeda a été mis en examen pour corruption active le 10 décembre dernier par le parquet de Paris d'après des informations du quotidien Le Monde. Une décision de la justice qui signe l'aboutissement d'une enquête de trois ans qui vient sérieusement entacher les JO tokyoïtes à venir.

Y a-t-il eu lobbying ou corruption ? Voilà la question à laquelle devront répondre enquêteurs et avocats de l'un des hauts responsables des JO 2020 et président du comité olympique japonais, Tsunekazu Takeda. Car ce-dernier est accusé d'avoir versé 2 millions d'euros à des membres africains du CIO afin de soutirer leurs voix pour le vote de septembre 2013 qui a vu la capitale nippone remporter l'organisation des Jeux Olympiques 2020. Ce versement, qui a attiré l'attention de la justice française, a eu lieu pendant la campagne tokyoïte 2013 en direction de la société singapourienne Black Tidings, dont est intime Papa Massata Diack, influent consultant de la Fédération Internationale d'Athlétisme, ainsi que son père, Lamine Diack, président jusqu'à 2015 de cette même fédération et membre du CIO accusé d'avoir reçu des pots-de-vins.
Un président soutenu... même à l'épreuve de la justice ?
Cette mise en examen sous la tutelle du juge d'instruction Van Ruymbeke n'est pourtant pas la première confrontation à la justice pour le pilote du projet Tokyo 2020. Suite aux demandes de la justice française, Tsunekazu Takeda avait déjà été entendu par la justice japonaise en 2016 concernant les versements effectués en direction de Black Tidings. Il avait été blanchi en septembre de cette même année, l'institution ayant jugé les émoluments en question légitimes. Tsunekazu Takeda, 71 ans, ancien cavalier de l'équipe olympique d'équitation japonaise, est à la tête du comité olympique japonais depuis 2001. Arrivant au terme de son dixième mandat, le comité japonais penserait à repousser sa limite d'âge pour présider le comité (70 ans) afin de lui permettre de briguer un onzième mandat. Avant cela, il faudra pourtant repousser les accusations du parquet de Paris.
De son côté, l'instance olympique a annoncé la tenue d'une réunion de la commission d'éthique dès ce jour concernant le dossier Takeda. Le Comité olympique se dit dans un communiqué prêt à travailler en « étroite collaboration avec les autorités françaises », mais rappelle que Tsunekazu Takeda « continue à bénéficier de la présomption d'innocence ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.