Athlétisme : Une enquête pour trafic de produits dopants concerne un ancien proche de Jacobs

Athlétisme : Une enquête pour trafic de produits dopants concerne un ancien proche de Jacobs©Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le samedi 07 août 2021 à 04h25

Sacré à deux reprises champion olympique à Tokyo, Lamont Marcell Jacobs a collaboré jusqu'en mars dernier avec un nutritionniste qui est visé par une enquête pour trafic de produits dopants. Une information qui jette une ombre sur l'Italien, dont l'agent nie tout recours à des substances interdites.



Le spectre du dopage n'est jamais loin de l'athlétisme. Et il revient d'autant plus que certaines performances inattendues ont lieu. A la surprise générale, Lamont Marcell Jacobs a remporté le titre de champion olympique du 100m en battant le record d'Europe. Une médaille d'or à laquelle le sprinteur né à El Paso a ajouté celle du relais 4x100m sur la piste du Stade National de Tokyo ce vendredi. Mais les doutes concernant la sincérité de ses performances sont arrivés d'une enquête du quotidien britannique The Times concernant le nutritionniste, mais également bodybuilder, Giacomo Spazzini. En effet, depuis juin 2019, ce dernier est sous enquête de la part de la police italienne concernant des accusations de trafic de produits dopants, notamment des stéroïdes anabolisants. De plus, Giacomo Spazzini, qui s'est vanté de sa collaboration avec le sprinteur italien sur les réseaux sociaux, est également accusé de se présenter comme nutritionniste sans avoir toutes les qualifications requises.

L'agent de Jacobs nie tout dopage

En amont de la publication de cet article, The Times a obtenu une réaction de la part de Marcello Magnani, l'agent de Lamont Marcell Jacobs. Ce dernier a assuré que le sprinteur italien a cessé toute collaboration avec Giacomi Spazzini dès lors qu'il a été informé des déboires de son collaborateur. « L'enquête n'a jamais touché Marcell et, par conséquent, nous n'avons aucune information à ce sujet, a ainsi déclaré l'agent du double champion olympique. La question du recours par Marcell à des produits dopants est folle. La réponse est, évidemment et catégoriquement, non. » Si le Comité National Olympique Italien (CONI) s'est borné à ne faire « aucun commentaire » sur cette affaire concernant le porte-drapeau de sa délégation lors de la Cérémonie de Clôture des Jeux Olympiques de Tokyo, Lamont Marcell Jacobs ne devrait pas pouvoir passer entre les mailles du filet, l'Unité d'Intégrité de l'athlétisme (AIU) devant serrer la bride à son sujet dans les semaines à venir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.