Athlétisme : El Bakkali écrit l'histoire, Phelut 12eme, van Niekerk, Morris et Perkovic se ratent

Athlétisme : El Bakkali écrit l'histoire, Phelut 12eme, van Niekerk, Morris et Perkovic se ratent©Media365

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le lundi 02 août 2021 à 15h38

Le Marocain Soufiane El Bakkali a mis fin à l'hégémonie kenyane en devenant champion olympique du 3000m steeple. La Française Gemina Joseph n'est pas parvenue à se qualifier pour la finale du 200m, lors de la soirée de lundi marquée par un gros orage qui a interrompu les concours. Sur 400m, le recordman du monde Wayde van Niekerk n'a pas réussi à rallier la finale non plus, tout comme Sandi Morris à la perche.

C'est un 3000m steeple historique qui s'est déroulé ce lundi au Stade Olympique de Tokyo ! Depuis 1984, c'est en effet toujours un Kenyan qui avait remporté la médaille d'or olympique (en 1980, le Kenya avait boycotté les JO de Moscou), mais le Marocain Soufiane El Bakkali a mis fin à cette hégémonie en s'imposant en 8'08"90 à Tokyo, dominant assez largement l'Ethiopien Lamecha Girma (8'10"38) et le Kenyan Benjamin Kigen, qui sauve l'honneur de son pays en montant sur le podium, en 8'11"45. Quatrième aux JO de Rio en 2016 et troisième aux Mondiaux de Doha en 2019, El Bakkali (25 ans) décroche la consécration suprême ! Côté français, les espoirs reposaient sur Alexis Phelut pour succéder à Mahiedine Mekhissi, médaillé lors des trois derniers JO. Mais l'athlète de 23 ans n'a pu faire mieux que douzième, en 8'23"14. C'est tout de même une belle promesse pour l'avenir.


Van Niekerk tombe de haut

Sur 400m, un coup de tonnerre est arrivé juste avant le véritable orage (qui a interrompu la finale du disque féminin et les qualifications de la perche féminine), avec l'élimination du recordman du monde sud-africain Wayde van Niekerk, perturbé par une blessure cette saison et seulement douzième des demies, en 45"14. Ca passe en revanche pour Kirani James, le champion olympique 2012, auteur du meilleur temps en 43"88, devant le Colombien Anthony Zambrano, qui a battu le record d'Amérique du Sud en 43"93. Le Néerlandais Liemarvin Bonevacia s'est qualifié lui aussi en battant son record national, en 44"62.

Pas de demies pour Joseph



Après le triplé jamaïcain en finale du 100m féminin, Elaine Thomson-Herah et Shelly-Ann Fraser-Pryce, médaillées d'or et d'argent sur la ligne droite, étaient au départ des demi-finales du 200m, et elles se sont toutes les deux qualifiées pour la finale. Thomson-Herah, meilleur temps, a même battu son record personnel, en 21"66. Elle a devancé la Namibienne Christine Mboma, qui a battu le record du monde des moins de 20 ans, en 21"97. A noter également le record de Suisse battu par Mujinga Kambundji, qualifiée pour les demies en 22"26. Ca ne passe pas en revanche pour la Française Gemina Joseph (19 ans), septième de sa demie en 23"19 et 19eme au total, ni pour la championne du monde 2017 néerlandaise Dafne Schippers, 17eme en 23"03. Toujours chez les filles, mais sur 400m haies, ce sont deux Américaines qui ont dominé les demies. Sydney McLaughlin a signé le meilleur temps en 53"03 devant Dalilah Muhammad (53"30). La Néerlandaise Femke Bol, révélation de la discipline ces derniers mois, est arrivée troisième en 53"91. La Panaméenne Gianna Woodruff a battu son record national (54"22) et verra également la finale, au contraire de la Belge Paulien Coukuyt, qui a aussi battu son record national (54"47). Les qualifications de la perche, longuement interrompues par l'orage, ont été fatales à la vice-championne olympique 2016, l'Américaine Sandi Morris, qui n'a pu faire mieux que 4,40m alors qu'il fallait réussir 4,55m.

Hassan et Allman championnes olympiques, Perkovic se rate

La finale du 5000m a quant à elle été remportée par la grande favorite, Sifan Hassan, qui décroche son premier titre olympique à 28 ans, malgré une chute en demies, en 14'36"79 devant la Kenyane Hellen Obiri (14'38"36) et l'Ethiopienne Gudaf Tsegay (14'38"87). Enfin, la finale du disque a couronné l'Américaine Valarie Allman (26 ans), qui n'avait jamais remporté de médaille mondiale et qui décroche le Graal, avec un jet à 68,98m. Elle a devancé l'Allemande Kristin Pudenz, auteure de son record personnel avec 66,86m, et la Cubaine Yaime Perez (65,72m). La reine de la discipline, la Croate Sandra Perkovic, sacrée à Londres et à Rio, finit cette fois au pied du podium, avec un jet à 65,01m.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.