Valentino Rossi, un champion hors normes

Valentino Rossi, un champion hors normes©Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le mardi 27 avril 2021 à 21h08

Génial showman, Valentino Rossi, aujourd'hui âgé de 42 ans et proche de la fin de carrière, aura marqué à jamais le monde de la moto. Et on ne risque pas d'oublier le nonuple champion du monde...



Pour bien se rendre compte de la popularité de Valentino Rossi, il faut aller à Tavullia, une petite ville du centre de l'Italie où il a été élevé. Et où on lui voue un véritable culte. A tel point que le maire de la commune des Marches avait décidé, en 2008, d'abaisser la limitation de vitesse de 50 à 46 kilomètres/heure, en hommage au numéro du mythique pilote.

"Je suis souvent à Tavullia parce qu'ici je sais ce que je peux faire, j'arrive à gérer et à avoir une vie plus ou moins normale, expliquait-il il y a quelques années pour Stade 2. Parce que pour moi, c'est juste impossible d'aller à Rimini, Bologne, Milan ou Rome !" Une popularité extrême, particulièrement dans son pays. En 2010, il s'était d'ailleurs vu décerner par le ministre des affaires étrangères de l'époque le tout premier «Winning Italy Award», un titre le récompensant en raison de l'image qu'il donne de son pays à travers le monde.

Il préfère les moteurs au ballon rond

Et sa popularité ne date pas d'hier. Car celui qui est surnommé « The Doctor » épate depuis ses débuts en 125cm3 au guidon d'une Aprilia, en 1996, alors qu'il n'avait que 17 ans. Que ce soit par sa précocité, et sa longévité, tout aussi exceptionnelle, mais aussi en raison de son caractère exubérant, et tellement attachant. Et si la plupart des autres gamins de son âge étaient attirés par le ballon rond, Rossi, qui est toutefois fan de l'Inter Milan, a toujours préféré les sports mécaniques.

Son père Graziano, ancien pilote de moto, n'y est évidemment pas pour rien. Il a donc pris le guidon très tôt, avant de passer au karting et de remporter son premier titre régional en 1990. Il est ensuite retourné à ses premières amours en faisant de la mini moto, tout en continuant le karting. Mais il a fini par se concentrer uniquement aux deux roues, et il n'a pas eu le regretter.

En 1996, après avoir brillé au rayon national, il participe donc à son premier championnat du monde en 125cm3, chez Aprilia, et se classe finalement à la neuvième place du classement des pilotes, avec une première victoire décrochée en République Tchèque. Une année de découverte pour le jeune loup, qui va être sacré dès sa deuxième saison, en 1997, en remportant 11 courses sur 15.

Une personnalité facétieuse

C'est aussi à cette période que le grand public découvre sa personnalité facétieuse, lui qui adore les coupes de cheveux excentriques, les tenues et les casques multicolores et débarque notamment sur les circuits avec une poupée gonflable pour amuser la galerie, quand il ne célèbre pas déguisé en Robin des Bois, en bonhomme Michelin ou qu'il ne joue du "air violon" sous la pluie. Un état d'esprit farceur qui ne l'a jamais quitté, et qui, en plus de ses qualités de pilote, en a fait le chouchou des fans de moto à travers le monde. Il va continuer sa progression en 1998, en passant en 250cm3, toujours chez Aprilia.


Deuxième pour sa première saison, il remporte le titre en 1999 et passe alors dans la catégorie reine, les 500cm3, au guidon d'une Honda. Et là encore, il va se classer deuxième du classement des pilotes dès ses débuts, avant d'être sacré la saison suivante. Il en remportera deux autres chez Honda en 2002, quand la compétition est renommée MotoGP, et en 2003, puis ses quatre derniers chez Yamaha (2004, 2005, 2008 et 2009).

Un ultime défi

Victime d'une fracture ouverte d'un tibia l'année suivante, mais tout de même troisième du championnat au final, il traversera ensuite une période plus compliquée chez Ducati, avant de tutoyer à nouveau les sommets à son retour chez Yamaha, avec trois places de dauphin consécutives (2014, 2015 et 2016), derrière les Espagnols Marc Marquez (X2) et Jorge Lorenzo.

Après avoir bouclé la pire saison de sa carrière en 2020 (15e), celui qui n'a plus gagné un Grand Prix depuis 2017, et n'est monté qu'à trois reprises sur un podium en 2019 et en 2020, a rejoint l'écurie satellite Petronas Yamaha SRT pour ce qui ressemble à un ultime défi, l'année du 20e anniversaire de son premier sacre dans la catégorie reine de la moto. Comme un symbole. Aujourd'hui âgé de 42 ans, le nonuple champion du monde, vainqueur au total de 115 courses, est plus que jamais proche de la retraite. Mais il laissera à coup sûr une trace indélébile dans ce sport qui l'a fait roi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.