Portrait : Arthaud, la fiancée de l'Atlantique

Portrait : Arthaud, la fiancée de l'Atlantique©Panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le jeudi 10 novembre 2022 à 11h00

Alors que la douzième édition de la Route du Rhum vient de s'élancer, Florence Arthaud est assurément le nom le plus symbolique qui s'impose au moment de décrire l'histoire de cette épreuve reliant Saint-Malo à Pointe-à-Pitre.



Si Florence Arthaud n'a jamais participé au Vendée Globe, la navigatrice décédée en 2015 (à l'âge de 57 ans) lors d'un accident d'hélicoptère - pendant le tournage de l'émission Dropped - avait tissé un lien indéfectible avec la Route du Rhum. En 1978, quatre ans seulement après un grave accident de voiture qui l'avait plongée dans le coma, elle participait ainsi à la toute première édition de la course et terminait onzième. Native de Boulogne-Billancourt mais marine d'adoption à Antibes, elle était contrainte à l'abandon quasiment dès le départ en 1982. Puis elle retrouvait ensuite, en 1986 (troisième édition), le bateau chaviré de Loïc Caradec, sans ce dernier disparu en mer. "Je hurle 'Loïc !' Rien. Surtout, ne pas paniquer. J'imagine le pire, mais je refuse d'y croire. Je suis seule, je ne peux pas plonger."

En août 1990, Florence Arthaud bat le record de la traversée de l'Atlantique nord en solitaire. En neuf jours, 21 heures et 42 minutes, elle améliore de près de deux jours la marque de Bruno Peyron. La "Fiancée de l'Atlantique" casse tous les codes et justifie plus que jamais ce magnifique surnom, se faisant l'égal des plus grands marins masculins. En mer comme dans la vie, où elle revendique haut et fort la liberté inhérente à sa vocation. Populaire bien au-delà de son cercle, au point que Pierre Bachelet la fait chanter en 1989, elle remporte en novembre 1990 la Route du Rhum (quatrième édition) tout en faisant... une fausse couche, en pleine course et au beau milieu de l'Atlantique ! Elle ne s'épanche pas et parle alors simplement d'un "truc de filles".

"Un milieu où les gens s'estiment pour leurs qualités"

Son impact est si fort qu'elle est nommée championne des champions français de L'Equipe (en compagnie du relais 4x100 m recordman du monde en athlétisme), une première pour un(e) marin(e) - et dernière, probablement pour très longtemps encore - ainsi que la troisième femme seulement tous sports confondus après Marielle Goitschel (ski alpin) en 1964 et Jeannie Longo (cyclisme) en 1987. Ironie du sort, cette dernière était également présente à ses côtés lors de l'émission Dropped mais n'était pas dans l'hélicoptère qui transportait aussi Camille Muffat et Alexis Vastine... C'est donc un quart de siècle plus tôt, à l'âge de 33 ans, que Florence Arthaud s'était portée au summum de sa gloire et de sa notoriété, pour ce qui restera sa dernière Route du Rhum.

En quatorze jours, dix heures et dix minutes, elle bat du même coup le record de Philippe Poupon. Dès l'arrivée, fidèle à ce qui a fait sa réussite et sa trajectoire, elle ne cherche pas à s'inscrire en faux avec son milieu. Et rétablit même, selon elle, certains vérités : "Ce n'est pas un monde de machos. On s'en fait cette image, mais 'Philou' Poupon m'a fait passer le message qu'il était très fier de sa copine. Comme j'ai toujours eu, moi aussi, cette réaction vis-à-vis de lui lors de ses victoires... Ce n'est pas du tout un milieu macho, les gens s'y estiment pour leurs qualités." Florence Arthaud continue durant deux décennies à écumer les courses diverses et variées. Les projecteurs s'éloignent, mais ils étaient de toute façon bien trop gênants.


En 2010, son milieu avait peut-être un peu plus mal évolué, business oblige. Pour le vingtième anniversaire de sa victoire, elle ne parvient pas à revenir sur la Route du Rhum, faute de soutien : "J'étais un peu dégoûtée. Ils avaient rouvert la course aux grands voiliers. J'avais l'intention d'y participer sur Oman, un immense trimaran, mais je n'ai pas réussi à avoir ce bateau, ils ont préféré le donner à un homme. Ça m'a définitivement dégoûtée et je me suis dit 'Bon, j'arrête !'" Maman d'une petite Marie "sans la fibre maternelle dont tout le monde parle", comme elle le racontait elle-même au moment de la découverte "de cette petite étrangère qui fait irruption dans ma vie", elle aurait pu mourir 100 fois en mer au gré de divers chavirages.

Comme en 2011 au cap Corse, où ce n'est que son téléphone portable étanche qui lui a sauvé la vie. Mais il était écrit que ce n'est pas la mer qui devait la prendre... Intense, elle avait aussi perdu son permis de conduire en 2010 à cause de l'alcool. Mais elle n'en faisait aucun mystère, jamais. L'actrice Géraldine Danon, pour son premier film en tant que réalisatrice, tourne un biopic qui s'annonce forcément très riche, avec le bateau de sa victoire sur le Rhum en 1990. "On l'a trouvé, il n'était pas en France mais aux Philippines, on l'a acheté et on est allé le chercher", expliquait en septembre Philippe Poupon (pour Franceinfo). Géraldine Danon, qui était son amie, en fait "une icône" : "Elle a participé à une forme de féminisme qui me touche particulièrement." Grâce à Florence Arthaud, la voile est devenue spéciale.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.