Michael Phelps : L'athlète de tous les records

Michael Phelps : L'athlète de tous les records©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER : publié le mercredi 06 mai 2020 à 15h30

Retiré des bassins depuis 2016, Michael Phelps est l'athlète le plus titré et médaillé de l'histoire des Jeux Olympiques. Médaillé d'or 23 fois (28 breloques au total), le nageur américain avait su tirer sa force d'une enfance difficile, d'un corps et d'un mental hors du commun.



« Votre enfant n'arrivera jamais à rien ». Ce pronostic prononcé par la professeure d'anglais à la mère de Michael Phelps fait plus que sourire une trentaine d'années plus tard. Car la phrase n'a vraiment mené nulle part. Son auteure aurait franchement dû tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant d'asséner une telle prophétie. Car elle parlait tout simplement du futur sportif le plus titré et médaillé de l'histoire des Jeux Olympiques. Rien que ça.

L'histoire, Michael Phelps l'a réécrite tous les quatre ans. Des distinctions en pagaille et au final un palmarès unique de 28 médailles dont 23 d'or. 23 sacres olympiques compilés entre Athènes en 2004 et Rio de Janeiro en 2016 ! 23, alors qu'il s'est retiré des bassins à seulement 31 ans ! 23 breloques majeures mais également 26 titres aux Championnats du monde de natation en grand bassin de 2001 à 2011. 26 autres médailles d'or faisant évidemment du « Kid de Baltimore » le nageur le plus titré de l'histoire des Mondiaux.

Capable de visualiser une course plusieurs semaines avant

Champion normal à l'allure d'éternel étudiant, Phelps possédait des qualités exceptionnelles. Athlétiques et mentales. Chaussant du 47, ses grands pieds faisaient office de palmes. Ses mains aussi grandes qu'une assiette lui servaient de rames. Sans avoir une taille spécialement imposante (1,93 m tout de même), son envergure atteignait 2,01 mètres lorsqu'il dépliait ses longs bras et mettait en action son torse très longiligne. Et, même si ses jambes correspondaient à celles d'un homme de 1,80 m, Phelps faisait un malheur dans les bassins. Il pouvait compter sur la souplesse de ses larges épaules, de ses genoux, coudes et chevilles. Grâce à un profil à la fois flexible, tonique et athlétique, il filait véritablement comme un poisson dans l'eau.

Natation : Lochte s'est inspiré de Phelps pour revenir en forme

A côté d'un corps taillé pour la nage de très haut niveau, Phelps adjoignait un mental hors du commun. Son entraîneur Bob Bowman racontait ainsi que l'Américain était capable de visualiser une course plusieurs semaines avant. « Il peut décrypter ses mouvements en se voyant les faire depuis l'extérieur du bassin. Il visualise ses épreuves des centaines de fois et parvient à se corriger et à répondre aux problèmes qui pourraient survenir. »

Moqué pour son physique et ses oreilles décollées

Phelps pouvait en outre prédire ses chronos de longs mois avant les courses. « En septembre 2007, soit onze mois avant Pékin, il note sur une feuille de papier le temps qu'il souhaite réaliser sur 100 m libre : 47''51. Lors du relais des Jeux olympiques, Michael a nagé en 47''51 ! Je ne crois pas qu'il s'agisse de chance ou que Michael soit doté de capacités mentales supérieures. Il sait toutefois utiliser son cerveau aussi bien que le reste de son corps », se souvenait Bowman. Prodigieux Phelps dont l'enfance ne le prédestinait pourtant pas à de telles prouesses.

JO 2004 : la révélation Laure Manaudou

Seul garçon d'une fratrie de trois, le petit Michael enchainait les déboires. Fils d'un policier et d'une directrice d'école, il était l'objet de railleries récurrentes de la part de ses camarades en raison de ses oreilles décollées. Enfant hyperactif, le turbulent gamin était soigné à la Ritaline. Puis sa maman l'avait l'inscrit au club local de natation. Une initiative lumineuse... En difficulté sur le plan scolaire, le citoyen américain né le 30 juin 1985 à Towson (dans le Maryland) se plaisait dans les piscines. Et, alors que ses parents se déchiraient et divorçaient, Bob Bowman, l'entraîneur de natation, percevait un certain potentiel. Il croyait en lui et devenait son père spirituel. « Votre fils participera aux JO de 2004 et de 2008. Il sera à son apogée en 2012 », lançait le coach à l'œil averti. Lui, à la différence de la prof d'anglais, allait taper dans le mille. Et même, il ne croyait pas si bien dire.

Phelps dépasse le record du mythique Mark Spitz en 2008

Phelps, fan de Michael Jordan et de hip hop, va faire tomber les records et supplanter des légendes. Huit ans après ses débuts, il prend la cinquième place du 200 m papillon dans le bassin olympique de Sydney en septembre 2000. Il a seulement 15 ans. Les premiers titres mondiaux arrivent l'année suivante avec un premier record du monde en prime, puis en 2003 quand il acquiert les médailles d'or du 200 m papillon puis du 200 m et 400 m quatre nages. Son talent se précise aux Jeux Olympiques d'Athènes où il décroche huit médailles dont six d'or. Il égale le record du gymnaste Alexander Dityatin avec autant de médailles glanées au cours des mêmes Jeux.

Mondiaux de Gwangju : Phelps félicite Milak

Il entre un peu plus dans l'histoire quatre ans plus tard. Aux JO de Pékin en 2008, Phelps rafle huit médailles suprêmes en remportant toutes les courses sur lesquelles il est aligné. Auteur de sept records du monde (sur 200 m papillon, 200 m nage libre, 200 m quatre nages, 400 m quatre nages, 4×100 m nage libre, 4×200 m nage libre et 4×100 m quatre nages), l'Américain se permet l'incroyable luxe de dépasser le record du mythique Mark Spitz (sept titres en 1972) ! Il va entrer dans la légende en amassant d'autres décorations sur les deux JO suivants.

Photographié en train de fumer du cannabis et pris en flagrant délit d'état d'ivresse

Des accrocs viennent cependant s'intercaler dans cette marche triomphale. Au retour de Pékin, l'extraterrestre des bassins est photographié en train de fumer du cannabis et écope d'une suspension de trois mois. Son image en prend un coup, il s'excuse auprès de sa maman Debbie à qui il voue une admiration sans borne et à qui il obtiendra une visite privée du musée du Louvre en 2010 lors d'un passage à Paris pour une compétition.

JO 2012 : Et Florent Manaudou créa la sensation

Le 29 septembre 2014, deux ans après avoir ajouté quatre titres olympiques à Londres où il est devenu le sportif le plus médaillé aux JO dans une discipline (devant la gymnaste russe Larissa Latynina, 18) et avoir annoncé une première retraite sportive, Phelps dérape encore. « La Balle de Baltimore » se fait arrêter par la police après avoir roulé avec son Range Rover à 135 km/h dans une zone limitée à 72. Il a trop bu. Il est pris en flagrant délit d'état d'ivresse, une récidive préjudiciable après un incident similaire en 2006. La sanction tombe : il est écarté des bassins pendant six mois et doit renoncer aux Mondiaux 2015. Un épisode dépressif perturbe sa carrière.

4 médailles d'or dans la même épreuve individuelle, le palmarès inégalable du nageur américain

Mais Phelps ne pouvait s'arrêter là-dessus. Son mental exceptionnel lui permet de revenir au plus haut niveau. L'histoire de rêve se prolonge en 2016 à Rio où le porte-drapeau de la délégation américaine gagne cinq autres titres olympiques, dont deux en individuel. Il devient le premier nageur à remporter quatre médailles d'or dans la même épreuve individuelle (200 m 4 nages). Avec six podiums, le nageur de 31 ans est, comme en 2004, 2008 et 2012, l'athlète le plus médaillé de ces JO brésiliens, tous sports confondus. Le relais 4x100 m 4 nages, remporté le 13 août 2016 avec ses camarades des Etats-Unis, est sa dernière course. Sa 23eme médaille olympique dorée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.