Tour d'Italie : Le légendaire duel Bartali-Coppi

Tour d'Italie : Le légendaire duel Bartali-Coppi©Panoramic, Media365

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le vendredi 07 mai 2021 à 12h39

Gino Bartali et Fausto Coppi se sont livrés un duel de légende sur le Giro durant plusieurs années entre 1936 et 1953.



Reporté en octobre exceptionnellement l'an passé en raison de la pandémie de coronavirus, le Tour d'Italie s'élance samedi à Turin. Cette 104eme édition du Giro se déroulera du 8 au 30 mai et sera une étape supplémentaire de préparation au prochain Tour de France qui lui aussi avait été décalé lors de cette très particulière année 2020 marquée par la crise sanitaire. Le Giro, la course la plus importante de la planète cyclisme avec l'épreuve française, une institution reconnaissable au maillot rose porté par le leader, en référence à La Gazzetta dello Sport, le quotidien sportif transalpin à l'origine de la création de la course en 1909.

Le record de victoires sur ce Tour d'Italie est détenu conjointement par trois hommes : Alfredo Binda, Fausto Coppi et Eddy Merckx. Les deux Italiens et le Belge ont raflé la mise à cinq reprises. Le Giro a été marqué par les coureurs « locaux » et de nombreuses victoires italiennes, notamment lors de toutes les premières éditions. Mais ce dont on se souvient surtout, c'est du duel âpre et mythique que se sont livrés Gino Bartali et Fausto Coppi.

Coppi profite d'une chute de Bartali pour prendre le pouvoir en 1940

Un duel qui a débuté en 1936 après le départ d'Alfredo Binda, lauréat en 1925, 1927, 1928, 1929 et 1933. Vont alors s'enchaîner des « à toi, à moi », « à moi, à toi » entre Bartali et Coppi. Mais juste avant, c'est le premier qui règne avant l'arrivée du second en 1940 au sein de sa propre équipe. Né le 18 juillet 1914 à Ponte a Ema (décédé le 5 mai 2000), Bartali s'est inscrit comme l'un des meilleurs cyclistes de tous les temps en étant un excellent grimpeur mais également très bon sprinteur. Avant de briller sur les routes du Tour de France et de gagner deux éditions à dix ans d'intervalle (en 1938 et 1948) - une performance jamais égalée - il assure sur ses terres et remporte le Tour d'Italie en 1936, à 21 ans, et 1937, en s'adjugeant les deux fois le Grand Prix de la montagne.


Absent en 1938 pour préparer le Tour de France qu'il gagne, Bartali est dominé l'année suivante par Giovanni Valetti qui signe le doublé au terme d'une lutte serrée. Mais cela ne va pas être comparable avec les années de duel que vont se livrer Bartali et Coppi... A 20 ans, ce dernier débarque dans la formation de son futur rival, Legnano, en 1940 pour aider le champion. Mais il va s'imposer à sa place. Coppi profite d'une chute de Bartali pour prendre le pouvoir et marquer les esprits lors de la 11eme étape. Dans l'ascension d'Abetone, il crée de belles différences sur les autres postulants et finit par l'emporter après 100 kilomètres en solitaire. Il s'empare d'un maillot rose qu'il conservera jusqu'au bout, malgré les succès de son leader sur les 17eme et 19eme étapes.

Surnommé « Gino le pieux », Bartali est le favori de la Démocratie chrétienne, Coppi est adulé par la gauche et les progressistes

La rivalité naissante est ensuite interrompue par la Seconde Guerre mondiale entre 1941 et 1945. Tandis que Fausto Coppi est mobilisé sur le front tunisien, Gino Bartali s'établit au côté du pape Pie XII au Vatican à Rome. Le Giro revient en 1946 avec une Italie divisée en deux. Il y a les pro-Coppi et les pro-Bartali selon une rivalité savamment entretenue par la presse. Surnommé « Gino le pieux », le premier est le favori de la Démocratie chrétienne, alors que le second est adulé par la gauche et les progressistes. Epique sur ce Giro 46, la confrontation tourne à l'avantage de Bartali qui est couronné avec seulement 47 secondes d'avance sur Coppi.

L'année suivante, Coppi prend sa revanche et inscrit son nom au palmarès pour la deuxième fois en devançant son principal concurrent. En 1948, coup de théâtre ! Coppi devance Bartali dans les Dolomites mais il se retire de la course après la 17eme étape suite à l'affaire Florenzo Magni, futur lauréat avec 11 secondes d'avance sur Enzo Cecchi. Soupçonné par la formation de Coppi d'avoir bénéficié d'une aide irrégulière dans la montagne, Magni écope de deux minutes de pénalité, une sanction insuffisante pour Coppi et son équipe qui décident de se retirer de la course !


Le sursaut de Coppi est terrible en 1949. Il s'adjuge le Tour d'Italie en s'illustrant notamment lors d'une 17eme étape d'anthologie marquée par 190 kilomètres d'échappée et une avance finale de 12 minutes sur Bartali. Victime d'une chute en 1950, le jeune homme fluet abandonne, Bartali terminant encore 2eme derrière cette fois le Suisse Hugo Koblet, premier vainqueur étranger sur le Giro. 4eme en 1951 (Bartali 10eme), Coppi a de la ressource et va triompher en 1952 et 1953, égalant les cinq sacres record de Binda, Bartali finissant 5eme et 4eme. Ce dernier disputera son dernier Giro en 1954 en prenant la 13eme place, tandis que Coppi sera encore dauphin en 1955 avant de tirer sa révérence en 1958 et de s'éteindre deux ans plus tard.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.