Sharapova et Roland-Garros, l'improbable idylle

Sharapova et Roland-Garros, l'improbable idylle©Panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le vendredi 03 juin 2022 à 09h00

A l'heure où les joueurs et joueuses russes sont privés de drapeau à Roland-Garros, retour sur les performances de leur plus illustre représentant, hommes et femmes confondus, depuis les années 2000. Maria Sharapova y a gagné deux fois.


2004

A 17 ans, Maria Sharapova arrive à Roland-Garros en étant déjà classée tête de série n°18. L'année précédente, après une première participation à Paris, où elle avait été éliminée au premier tour après avoir franchi les qualifications, elle avait aussi glané ses premiers titres sur le circuit WTA. C'est donc une confirmation que de voir cette immense adolescente russe, du haut de son 1,88 m, arriver jusqu'en quarts de finale. Si elle bat sa compatriote Vera Zvonareva au troisième tour (6-3, 7-6), elle tombe sur un os en quarts de finale, à savoir Paola Suarez (6-1, 6-3). La grande histoire est lancée, même s'il lui faudra quelques années pour qu'elle se conjugue avec Roland-Garros. En revanche, il ne lui faudra qu'un mois de plus pour remporter Wimbledon.

2007

Au sortir de son deuxième titre du Grand Chelem à l'US Open, puis d'une finale à l'Open Australie, Sharapova est deuxième mondiale lorsqu'elle aborde son cinquième Roland-Garros à 20 ans. C'est le premier grand parcours de sa carrière à Paris, inattendu puisqu'elle a toujours semblée un peu (beaucoup ?) trop inamovible pour la terre battue. Eliminant successivement Emilie Loit, Jill Craybas et Alla Kudryavtseva pour ouvrir son tournoi, elle survit à un énorme huitième de finale contre Patty Schnyder, remporté 9-7 au troisième set après plus de deux heures et demie de jeu, le tout en sauvant deux balles de match. Tranquille contre Anna Chakvetadze en quarts de finale, elle échoue sans ménagement sur la Croate Ana Ivanovic en demies (6-2, 6-1).

2011

Quatre ans plus tard, c'est le début de cette dynastie de quatre saisons, plus invraisemblable que jamais, entre Sharapova et Roland-Garros. Battue par la future lauréate Na Li en demi-finales, elle est surtout restée dans les mémoires du public français cette année-là pour avoir été menée 6-3, 4-1 par Caroline Garcia à l'occasion du premier tour. La jeune Tricolore n'avait alors que 17 ans et était classée seulement 188eme mondiale, mais avait ensuite perdu onze jeux d'affilée pour s'incliner 3-6, 6-4, 6-0, terrassée par le rouleau compresseur : "Au début, j'ai oublié l'adversaire. J'ai respecté mon plan. Mais elle a réagi en championne. Je n'arrive pas à me dire que j'ai fait un grand match, j'étais là pour gagner." Il ne fallait assurément pas fâcher la patronne...

2012

C'est peut-être le plus beau récital de Sharapova à Paris : elle ne perd d'abord que cinq petits jeux lors de ses trois premiers tours, et concède finalement un seul set (en huitièmes de finale) sur l'ensemble du tournoi, terminant en trombe avec trois succès tranquilles devant Kaia Kanepi (6-2, 6-3), Petra Kvitova (6-3, 6-3) et enfin Sara Errani (6-3, 6-2) en finale. Avec ce quatrième trophée lors d'un tournoi du Grand Chelem, Sharapova redevient aussi n°1 mondiale pour la première fois depuis 2008. Errani, belle joueuse, lève les bras lorsque le speaker se trompe et appelle Sharapova en tant que finaliste - et non gagnante. "Merci pour ce magnifique moment", clame la Russe à l'adresse du public français. Vladimir Poutine salue "une récompense méritée".


2013

A Roland-Garros, les duels avec sa meilleure ennemie Serena Williams ont été rares. Contrairement aux autres tournois du Grand Chelem, il y a même été unique, en finale de cette édition 2013 : la tenante du titre, dominée en deux sets (6-4, 6-4), concède sa treizième défaite consécutive face à l'ogresse américaine, qu'elle n'a alors plus battue depuis 2004... Un gouffre. "J'ai réussi un très bon tournoi, mais je suis tombée sur une adversaire très forte." Il n'y aura pas beaucoup de mots supplémentaires. Sa réaction en quarts de finale, notamment, prouvait à nouveau le mental d'acier de la glaciale Sharapova, renversant Jelena Jankovic après avoir perdu le premier set 6-0 (0-6, 6-4, 6-3). Elle avait aussi concédé une manche en demi-finales devant Victoria Azarenka (6-1, 2-6, 6-4).

2014

L'alchimie entre Sharapova et la surface ocre est définitivement validée en 2014, avec ce 6-0, 6-0 au troisième tour infligé à l'infortunée Paula Ormaechea. Menée d'un set par Samantha Stosur en huitièmes de finale (3-6, 6-4, 6-0), elle réitère le même scénario "sharapovesque" en quarts puis en demies, devant Garbine Muguruza (1-6, 7-5, 6-1) et Eugenie Bouchard (4-6, 7-5, 6-2). Puis la finale contre Simona Halep est indiscutablement une des plus belles du 21eme siècle, remportée en plus de trois heures de jeu par la Russe (6-4, 6-7, 6-4). "Si quelqu'un m'avait dit un jour que je remporterais plus d'éditions de Roland-Garros qu'aucun autre tournoi du Grand Chelem, j'aurais été me saouler ou je lui aurais dit d'aller se saouler lui-même." Un certain sens du résumé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.