Roland-Garros 1999 : Andre Agassi, enfin !

Roland-Garros 1999 : Andre Agassi, enfin !©Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER : publié le mercredi 22 avril 2020 à 14h36

Après deux échecs en finale, Andre Agassi parvenait enfin à remporter Roland-Garros en 1999. Retour sur ce grand moment et une finale qui paraissait promise à l'Ukrainien Andreï Medvedev.



Ce 6 juin 1999, le monde de la petite balle jaune et plus généralement la planète sport est enchantée. Après avoir renversé Andreï Medvedev, Andre Agassi soulève enfin le Trophée des Mousquetaires et le lève bien haut, les yeux humides devant un court central de Roland-Garros conquis. Après deux échecs en finale, l'Américain remporte enfin le Grand Chelem qui lui était rapidement promis à ses débuts et qu'il décroche finalement après avoir raflé les trois autres à Wimbledon, en Australie et à l'US Open. Il devient alors le deuxième joueur de l'ère open à inscrire son nom sur les quatre trophées majeurs du tennis après Rod Laver. Le premier sur quatre surfaces différentes (gazon, terre battue et deux sortes de surface dure), avant d'être imité par Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic.

Agassi, qui est le seul joueur à avoir glané les sept titres les plus prestigieux du tennis (les quatre Grands Chelems, le Masters, la Coupe Davis et la médaille d'or olympique), avait buté deux fois lors du dernier jour à Roland-Garros et l'on pensait sa chance de gagner à Paris passée définitivement. Il avait bien triomphé dans la Capitale en 1994, mais c'était à l'intérieur du Palais Omnisports de Paris-Bercy (6-3, 3-6, 4-6, 7-5 contre le Suisse Marc Rosset).

Un titre promis dès son plus jeune âge mais qui lui échappe en 1990 et 1991

Porte d'Auteuil, le Kid de Las Vegas avait laissé échapper deux opportunités deux années de rang, en 1990 et 1991. Jeune fougueux aux cheveux longs ébouriffés et aux tenues bariolées faisant la joie des gamins, Agassi s'était précisément révélé avec un short en jean et un esprit rafraichissant à Roland-Garros en allant jusqu'en demi-finales lors de l'édition 1988. Avant de dominer Henri Leconte en finale, Mats Wilander avait stoppé la future idole au coup droit ravageur. Favori de la finale en 90, Agassi, qui fait sensation avec sa tenue rose et son short cycliste, avait subi la loi de l'Equatorien Andres Gomez en quatre manches (6-3, 2-6, 6-4, 6-4), lauréat de son premier et seul Grand Chelem à 30 ans.

Coupe Davis 1991 : la France 59 ans après !

Un premier coup très dur pour le jeune tennisman de 20 ans dont on apprendra plus tard qu'il portait une perruque pour masquer sa calvitie. La veille de cette première finale perdue, il avait même dû rafistoler son postiche qui était tombé en lambeaux... Des épingles à cheveux avaient alors fait l'affaire. Finaliste ensuite à l'US Open (défaite sèche contre Pete Sampras), Agassi avait raté une troisième marche en Grand Chelem, la deuxième sur les courts parisiens en terre battue, devant Jim Courier en 1991. Là encore, il était favori contre son compatriote qu'il avait éliminé au même endroit l'année précédente. Paré cette fois de tenues violettes, il avait fait un peu mieux que face à Gomez mais s'était incliné au bout des cinq sets (3-6, 6-4, 2-6, 6-1, 6-4).

Agassi a songé au forfait

Agassi qui ne gagne pas Roland-Garros, une anomalie qui va finalement être réparée de longues années plus tard. En 1999, le joueur a fait du chemin en huit ans. Il a décroché la timbale à la surprise générale à Wimbledon en 1992 et il a également triomphé à l'US Open en 1994 et à l'Open d'Australie (1995). Il est devenu numéro 1 mondial et champion olympique à Atlanta (1996) mais a subi un sérieux coup d'arrêt en 1997, chutant au 141eme rang au classement ATP. Lassé du circuit et des entrainements, démotivé, Agassi a préféré préparer son mariage avec l'actrice Brooke Shields et s'est drogué. Il a cependant remonté la pente en 1998 sans retrouver une grande constance au haut niveau. Séparé de sa femme, Agassi est présenté comme sur la fin par certains médias à l'orée de l'année 1999...

Avant de débarquer à Roland-Garros, sa préparation est mitigée. Des douleurs à l'épaule le poussent à songer au forfait. Mais son entraîneur se montre convaincant et le voilà sur la terre battue du seizième arrondissement. Au premier tour, Agassi, tête de série numéro 13, commence par dominer un outsider, l'Argentin Franco Squillari en quatre sets (3-6, 7-5, 7-5, 6-3). Mené deux manches à une, il passe ensuite à deux points de la sortie mais finit par avoir la peau du Français Arnaud Clément (6-2, 4-6, 2-6, 7-5, 6-0), avant de dérouler devant son compatriote Chris Woodruff (6-4, 6-4, 6-3) qui l'avait éliminé du tournoi français en 1996.

Agassi élimine Moya, tenant du titre

Vient alors le choc contre le tenant du titre Carlos Moya. Tête de série n°4, l'Espagnol s'adjuge logiquement le premier opus puis mène 4-1. Désormais le crâne rasé, Agassi s'accroche, le Majorquin se montre impatient et trop sûr de lui. L'Américain renverse la tendance et s'impose (4-6, 7-5, 7-5, 6-1), c'est un deuxième tournant sur le chemin du sacre dans ce Roland-Garros 1999. Le troisième interviendra en finale après des succès convaincants sur l'Uruguayen Marcelo Filippini (6-2, 6-2, 6-0) en quarts et le Slovaque Dominik Hrbaty, en demies et en deux jours (6-4, 7-6, 3-6, 6-4).

En position de remporter le tournoi pour la troisième fois de sa carrière, Agassi rate complètement son entame de finale ce dimanche 6 juin. Alors qu'il s'avance une nouvelle fois en favori, il est dominé par Andreï Medvedev, 100eme mondial. L'Ukrainien, escorté de ses belles victoires aux dépens de Pete Sampras (n°2 mondial) et du vainqueur 1997, Gustavo Kuerten, déroule sa partition. Il lâche ses accélérations puissantes des deux côtés et déborde Agassi, hors du coup. Dans un grand jour, il mène deux sets à rien (6-1, 6-2) face au Kid de Las Vegas, visiblement stressé par l'enjeu. Un poids difficile à supporter qui l'a forcé à vider une bouteille de vodka, la veille dans sa chambre d'hôtel.

Une interruption salutaire

Puis la pluie s'est abattue sur le court Philippe-Chatrier. Le visage de la finale va en être modifié au retour des vestiaires, vingt minutes plus tard. Agassi revient métamorphosé. Ses petits pas sont déterminés. Ce titre, il est pour lui, malgré l'imposant déficit à combler. L'interruption va lui être sacrément salutaire. Le joueur de l'Oncle Sam frappe désormais en confiance. Libéré, ses coups droits et ses revers à deux mains font mouche. Il glane tous les points importants et renverse la vapeur. Le public prend fait et cause pour l'Américain qui recolle (6-4, 6-3).

Enfin, Agassi remporte Roland Garros... et rencontre Steffi Graf

Ce qui semblait totalement improbable se produit, Agassi joue bien, enfin, en finale de Roland-Garros. Le divin chauve poursuit son œuvre dans le cinquième set et claque un dernier service extérieur gagnant (6-4). Le retour de Medvedev s'échappe derrière la ligne de fond de court, Agassi lâche sa raquette, se retourne vers son clan, les bras en l'air, semblant ne pas y croire. Submergé par l'émotion, il se prend la tête entre les mains durant de longues secondes et pleure. Le barbu à la boucle d'oreille réalise son rêve. Quelques heures plus tard lors du gala de fin de tournoi, il croisera l'Allemande Steffi Graf, lauréate de l'édition féminine. Ce sera le coup de foudre puis le mariage deux ans plus tard. Celui-ci tient toujours.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.