Masters 2018 : Zverev entre dans la cour des grands

Masters 2018 : Zverev entre dans la cour des grands©Media365

Thomas Siniecki, Media365 : publié le mardi 16 novembre 2021 à 19h00

Devenu inamovible au rendez-vous du Masters, Alexander Zverev y a conquis ses heures de gloire il y a trois ans. Après un début en dents de scie, il s'offrait alors successivement Roger Federer puis Novak Djokovic à seulement 21 ans.


Phase de poules

La saison suivant sa première participation au Masters, à l'âge de 20 ans, Alexander Zverev retrouve Marin Cilic pour son premier match. Exactement comme en 2017, où il avait dominé le Croate en trois sets acharnés et un peu poussifs (6-4, 3-6, 6-4), le grand échalas allemand s'en sort. En deux manches, cette fois, pas moins disputées puisqu'il l'emporte en deux jeux décisifs (7-6, 7-6). Mais le cinquième mondial, moins bien classé que lors de son arrivée à Londres en mode tornade l'année précédente - il était n°3 à l'ATP derrière Rafael Nadal et Roger Federer -, va mieux gérer sa deuxième phase de poules parmi les maîtres.

Comme en 2017, là encore, il s'incline face au favori pour sa deuxième sortie de la semaine : après Roger Federer (7-6, 5-7, 6-1), c'est face à Novak Djokovic qu'il chute, et bien plus lourdement (6-4, 6-1). Un mal pour un bien, sans doute, d'avoir fini par laisser filer cette rencontre devant l'ogre serbe. Car elle lui permet alors de se reconcentrer sur son match décisif contre John Isner (7-6, 6-3), tandis qu'un autre Américain, en l'occurrence Jack Sock, l'avait battu dans les mêmes circonstances un an plus tôt (6-4, 1-6, 6-4). A 21 ans, Alexander Zverev a déjà beaucoup appris de ses erreurs passées et se qualifie donc pour le dernier carré de la compétition, devenant le plus jeune joueur à rejoindre les demi-finales du Masters depuis Juan Martin Del Potro en 2009.

"J'essaie de me muscler, même si ça ne se voit pas, rigole le petit frère de Mischa avant de retrouver Roger Federer en demies. Il faut croire que c'est en train de porter ses fruits." Efficace au service, en remportant notamment son premier set sur un ace extérieur à 230 km/h (!), il ne reste encore qu'une grande promesse à ce stade de sa carrière, puisqu'il n'a encore jamais fait mieux qu'un quart de finale sur un tournoi du Grand Chelem - six mois auparavant, à Roland-Garros. Alors, on peut le croire lorsqu'il se dit "incroyablement heureux d'être en demi-finales". Au moment d'aborder "Rodgeur", il n'est pas forcément le moins en confiance du circuit devant la légende suisse, puisqu'il a tout de même remporté deux de leurs cinq affrontements à date.


Phase finale

Ce samedi 17 novembre à l'O2 Arena, Alexander Zverev apprend tout. A la fois qu'on peut se payer Roger Federer dans un grand rendez-vous si on reste offensif du premier au dernier point ; mais aussi que le moindre petit écart reste dans les mémoires du public. Dans le tie-break du deuxième set, à 4-3 pour le Suisse sur le service de son adversaire, ce dernier arrête le point alors qu'il est en difficulté, se disant gêné par un ramasseur de balle en mouvement. De quoi lui permettre de revenir pour l'emporter en deux manches dans la foulée (7-5, 7-6). Mais les spectateurs, piqués au vif, lui en veulent et le huent copieusement. "J'étais vraiment mal, j'espère que les gens vont comprendre que je n'ai rien fait de mal et qu'ils ne me siffleront pas en finale."

Le jeune adulte en est même venu à s'excuser auprès de Roger Federer, qui a dû intervenir : "Il ne mérite pas ça, il est venu me demander pardon au filet et je lui ai dit de la fermer, qu'il n'avait pas à s'excuser car il était dans son droit ! Je n'aime pas quand on siffle, c'est très direct et on le prend de façon très personnelle." Alexander Zverev devient le premier Allemand à atteindre la finale du Masters depuis Boris Becker en 1996. Ce sera contre Novak Djokovic, qui vient donc de lui infliger une nette défaite quelques jours plus tôt. Il lui rend quasiment la monnaie de sa pièce, en s'imposant 6-4, 6-3 au terme d'une formidable démonstration. La deuxième en deux jours, face à un "Djoko" pourtant au sommet de son art, qui n'avait pas concédé le moindre break du tournoi (et n'avait même eu à écarter que trois balles de break).

Remarquable dans sa gestion du match, il saisit les occasions de prendre le service de son adversaire pour enfoncer le clou derrière avec sa première balle, toujours excessivement lourde. "Sascha" Zverev est le plus jeune vainqueur du Masters depuis son illustre adversaire du jour, en 2008. Il est aussi le premier joueur à vaincre à la fois Roger Federer et Novak Djokovic sur une même édition de ce grand tournoi final, et le premier à se défaire des têtes de série n°1 et n°2 dans le dernier carré depuis Andre Agassi en 1990. Sous les yeux de son nouvel entraîneur Ivan Lendl, il savoure les compliments de l'illustre vaincu : "Tu as bien mieux joué qu'en phase de poules, tu mérites ta victoire. Tu es jeune, mais ta carrière a été remarquable et je te souhaite le meilleur pour l'avenir." Sûrement pas trop quand même.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.