JO 2008 : Le grand huit de Phelps

JO 2008 : Le grand huit de Phelps©Media365

Thomas Siniecki, Media365 : publié le vendredi 11 juin 2021 à 11h00

A Pékin, il y a treize ans déjà, Michael Phelps est devenu le plus grand athlète de l'histoire en glanant pas moins de huit médailles d'or (et sept records du monde) lors d'une même olympiade. Une semaine de natation légendaire.


400 m 4 nages

Le 10 août, Michael Phelps (23 ans) débute sa tentative de record, celle de battre les sept médailles d'or de Mark Spitz en 1972. Pas de problème pour celui qui a déjà glané six médailles d'or quatre ans plus tôt, à Athènes - et sept autres aux Mondiaux de l'année précédente, en 2007. Il démarre par un record du monde pulvérisé de plus d'une seconde (4'03"84 contre 4'05"25, quelques semaines plus tôt aux sélections américaines), après avoir déjà battu le record olympique lors des séries. La machine est très bien lancée.

4x100 m

Arrive alors, dès le lendemain (11 août), sa chance de médaille la plus ardue : le relais. S'il assure impeccablement son premier relais, devenant même le troisième performeur de l'histoire sur l'aller-retour en 47"51, derrière Eamon Sullivan (47"24) et Alain Bernard (47"50). Sauf que Jason Lezak, ultime relayeur, compte une demi-seconde de retard sur ce dernier lorsqu'il s'élance. Ce qui ne l'empêche pas de souffler le Français pour huit petits centièmes, raflant au passage le nouveau record du monde de la discipline en 3'08"24.

200 m

Le 12 août, Michael Phelps enchaîne, imperturbable et plus que jamais en mission : médaille d'or et record du monde, le troisième en trois courses donc, cette fois en 1'42"96. Avec désormais un total de neuf sacres olympiques, le géant américain égale Mark Spitz mais aussi Carl Lewis, Paavo Nurmi ou encore Larissa Latynina. Contraint d'avaler un programme gargantuesque, le natif du Maryland doit s'infliger dans la foulée les demi-finales du 200 m papillon. Bien sûr présent au rendez-vous, il se qualifie sans coup férir pour l'événement du lendemain.

200 m papillon

Et de quatre records du monde, comme à la parade pour Michael Phelps qui valide ce 13 août un 1'52"03 qui améliore sa précédente marque de référence de six centièmes (c'était aux Mondiaux 2007, à Melbourne). Pourtant, il fait glisser ses lunettes durant la course et assure qu'il ne voyait plus rien durant les 100 derniers mètres ! Ce qui ne l'empêche pas de coller sept dixièmes à Laszlo Cseh. En s'adjugeant cette dixième médaille d'or, il devient le seul leader dans l'ère de l'olympisme moderne. C'est aussi le premier à conquérir trois titres olympiques en papillon (hommes et femmes confondus).


4x200 m

De plus en plus fort, Michael Phelps poursuit avec un nouveau relais au programme... une heure plus tard ! Ce qui semble lui sourire : cinquième record du monde en cinq courses (6'58"56), écrasé de plus de quatre secondes - c'est la première fois que la barre des sept minutes tombe. Son relais est achevé en 1'43"31, soit la deuxième meilleure performance de tous les temps. Les superlatifs manquent pour qualifier le festival, mais chacun a surtout la sensation d'assister à une semaine d'histoire. Le feuilleton continue.

200 m 4 nages

Pour la première fois, Michael Phelps a le droit à un jour de repos, c'est-à-dire un jour sans finale (mais pas sans qualifications, en réalité). Le 15 août, sixième record du monde en autant de sorties pour lui, en 1'54"23 et avec plus de deux secondes d'avance sur Laszlo Cseh. Il rejoint ainsi sa performance d'Athènes 2004, mais son idée est évidemment ailleurs. Celle de ne surtout pas s'arrêter en si bon chemin, avec le 100 m papillon le lendemain. Celui qui sera à deux doigts de faire vaciller cet incroyable édifice construit par l'Américain.

100 m papillon

Milorad Cavic a battu Michael Phelps. C'est un mythe qui s'effondre. Sauf que... Le roi des bassins, en se jetant dans un mouvement désespéré, confirme qu'il est touché par la grâce et s'impose d'un centième selon les relevés des plaques. La Serbie dépose une réclamation afin que son nageur soit reclassé dans le même temps que son adversaire et partage la première place. Ce ne sera pas le cas, la FINA expliquant que le vainqueur enclenchait un mouvement pendant que l'autre glissait. Michael Phelps égale donc le record de Mark Spitz et garde une ultime course pour tenter de s'octroyer seul un octuplé fantastique.

4x100 m 4 nages

Le 17 août, Brendan Hansen accumule du retard en brasse. Alors, quand Michael Phelps se lance pour le troisième relais, il effectue rien de moins que le meilleur relais lancé en papillon de l'histoire (50"15). Jason Lezak conclut le travail et c'est l'apothéose avec la huitième médaille d'or et un septième record du monde en 3'29"34. "Les records sont toujours faits pour être battus, peu importe lesquels, conclut le héros. Chacun peut le faire s'il en a la volonté." Non, chacun ne peut pas gagner huit médailles d'or sur les mêmes Jeux Olympiques, juste parce qu'il en a envie en se levant le matin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.