Jeux Olympiques 1976 : La perfection de la gymnaste Nadia Comaneci

Jeux Olympiques 1976 : La perfection de la gymnaste Nadia Comaneci©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER : publié le mardi 28 avril 2020 à 15h13

A seulement l'âge de 14 ans, Nadia Comaneci devenait la première gymnaste à obtenir un 10 sur 10 dans des Jeux Olympiques, ceux de Montréal en 1976. Une note maximale que le panneau n'avait pas pu afficher convenablement.



On n'avait jamais vu pareil exploit dans des Jeux Olympiques. « J'ai compris que j'avais fait un bon programme », commentait-elle. Telle une écolière auteur de la note parfaite à la dictée, Nadia Comaneci entrait dans l'histoire en obtenant un 10.0 aux JO de Montréal en 1976. A 14 ans, la gymnaste venait de terminer son essai aux barres asymétriques avec la note maximale. 10 sur 10 ! Époustouflant. Historique.

Dans l'épreuve par équipes au deuxième jour de ces JO, le lundi 19 juillet 1976, la petite Roumaine n'avait même pas saisi la perfection de sa prestation. « Je ne m'occupais pas de regarder le tableau car je pensais que j'allais avoir un 9,9 ou quelque chose d'approchant, ce qui était bien pour un début. Je pensais déjà à la poutre car une fois que le score est affiché, la musique reprend et nous devons avancer », confiait Comaneci en pensant au prochain engin. « J'ai donc mis de côté ce programme et je n'ai pas prêté attention au tableau jusqu'à ce que j'entende le bruit du public ». La clameur résonne alors au Canada à la vue de l'incroyable marque.

Le panneau affiche 1.00

Il y a une erreur. L'une des plus célèbres de l'histoire. Le tableau a un mal de chien à afficher la note rêvée. Omega, le chronométreur officiel des JO depuis 1932, avait pourtant demandé aux organisateurs si les tableaux devaient être actualisés afin d'afficher quatre chiffres. Une demande restée vaine. Sur le panneau, on y voit donc « 1.00 ». « J'ai regardé autour de moi pour voir ce qu'il se passait et j'ai vu le problème ou du moins ce qu'il se passait avec le tableau. Je ne comprenais pas (...) L'une de mes coéquipières m'a alors dit : " Je crois que c'est un 10 et qu'il y a eu un problème avec le tableau ». Je savais que j'allais au moins décrocher un 9,9 car un score de 1.0 était bien trop bas », se souvient Nadia Comaneci, amusée.

Gymnastique : Simone Biles s'illustre sur un terrain de baseball

Quoi, une gymnaste aussi jeune et petite a signé un 10 sur 10 ? Oui, la fillette de 39 kilos a tapé dans le dix. La gymnaste se doute pourtant qu'elle a réalisé un programme de haute volée aux barres asymétriques après sa performance. « Je me suis dit dans un coin de ma tête "je crois que j'ai fait mieux que je ne pensais". Je me suis sous-estimée. J'ai pensé que j'allais obtenir un 9,9 quand c'était un 10, je me disais "oh c'est beaucoup mieux, voyons voir ce que je peux faire à la poutre" », estime Comaneci qui signe un score HIS-TO-RI-QUE dont elle ne situe pas la portée.

Ange blanc au visage impassible sous sa frange

« Évidemment, je savais que 10 était le score le plus élevé mais je ne savais pas du tout qu'il s'agissait du premier 10 de l'histoire olympique, personne ne me l'avait dit, même si je n'aurais pas écouté et que je me serais dit "OK, je penserai à ça plus tard. J'aurais été heureuse avec 9,95 mais maintenant que j'y repense, ce score ne serait pas entré dans l'histoire" », assène la sportive qui imite la Tchécoslovaque Vera Caslavska, auteure du tout premier 10 en 1967 (mais pas aux JO).

Gymnastique : Une chorégraphie sur du Beyoncé qui enflamme la toile 

Au sein de l'énorme Forum de Montréal qui enregistre une affluence record, 18 000 personnes assistent à un premier passage étourdissant d'un ange blanc au visage impassible sous sa frange. La gamine brune à la queue de cheval retenue par une cordelette rouge impressionne. Avant elle, la Soviétique Olga Korbut, éblouissante quatre ans auparavant aux Jeux de Munich, a obtenu un très joli 9.90. Mais Comaneci va mettre tout le monde d'accord. Avec son numéro 73 dans le dos, la Roumaine défie le temps et l'espace. C'est impeccable. Après sa sortie, elle salue les juges et le public, sans afficher de sourire particulier et rejoint ses copines. Avant la révélation de la note. Comme quelques mois auparavant au cours de son succès à l'American Cup au Madison Square Garden de New York, elle a fait mouche de la plus belle des manières.

L'adolescente des Carpates avait obligé les juges à revoir leur système de notation

Une note suprême à seulement 14 ans et 8 mois, ce qui est aujourd'hui impossible puisqu'il faut avoir 16 ans dans l'année pour prendre part à des Jeux Olympiques. « Tout le monde venait me voir et me disait "waouh tu es si jeune" et je pensais "non, je sais ce que je fais". Je me considérais comme une gymnaste adulte parce que cela faisait déjà huit ans que je m'entraînais, se souvient Nadia Comaneci, naturalisée américaine après sa carrière. J'étais déjà une ancienne dans ce sport ».

Gymnastique : Une entraîneure suspendue huit ans pour harcèlement

Attraction des JO de Montréal que tout le monde voulait admirer, l'adolescente des Carpates avait obligé les juges à revoir leur système de notation. Carol Anne Letheren, juge en 1976, l'avait confié en 2012. La cadence imposée par la jeune athlète relevait du prodige. Tandis que les autres gymnastes n'en produisaient qu'une seule, la Roumaine enchaînait deux ou trois figures sans temps mort. Si une concurrente obtenait un 9.60, Comaneci aurait alors dû être notée... 11 ou 12 !

Six autres 10 pour la protégée de Bela Karoly

Dans ces Jeux Olympiques de Montréal 1976, Nadia Comaneci, mise en confiance par son exploit, avait ensuite obtenu la note maximale à six autres reprises ! Trois autres programmes parfaits aux barres asymétriques et trois à la poutre. Médaillé d'or au concours général, aux barres asymétriques et à la poutre, le phénomène roumain avait également raflé la médaille d'argent au classement par équipes et le bronze aux exercices au sol. Plus jeune gymnaste à remporter le titre au classement général des JO, la nouvelle idole était ainsi montée sur cinq des six podiums possibles. A son retour au pays, elle héritait du titre de « Héros du travail socialiste », soit la plus jeune Roumaine à avoir cette reconnaissance sous le règne de Nicolae Ceausecu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.