Coupe du Monde 1986 : Maradona dans tous ses états

Coupe du Monde 1986 : Maradona dans tous ses états©Panoramic, Media365

Emmanuel LANGELLIER : publié le vendredi 17 avril 2020 à 12h29

Auteur d'un but de la main et d'un slalom génial, Diego Maradona permettait quasiment à lui seul à l'Argentine d'éliminer l'Angleterre (2-1) en quart de finale de la Coupe du Monde 1986.



Diego Maradona. Peut-être le plus grand joueur de l'histoire du football en compagnie de Pelé, devant une belle brochette comprenant notamment Johan Cruyff, Michel Platini, Alfredo Di Stefano, Franz Beckenbauer, Marco van Basten, Zinédine Zidane ou Ronaldo. Et le duo formé par Lionel Messi et Cristiano Ronaldo quand ceux-ci auront achevé leur fabuleuse carrière. Capable du pire comme du meilleur, Maradona a été sacré Champion du Monde en 1986 en produisant un match résumant toute sa panoplie.

Âgé de 25 ans, le jeune joueur de Naples est en mission

Cet Argentine-Angleterre de la Coupe du Monde 86 reste l'une des rencontres les plus spéciales de l'histoire de la compétition. Elle est traversée par deux épisodes entrés dans la grande histoire du sport. Maradona en est à l'origine. Et à la conclusion. Au sommet de son art à 25 ans, le numéro 10 qui brille alors à Naples depuis deux saisons va s'illustrer de manières sensiblement différentes dans ce quart de finale disputé à Mexico.

Un contexte très particulier après la Guerre des Malouines

Tout va être particulier dans ce match. Le contexte, déjà, est singulier. Après un premier tour orné de victoires sur la Corée du Sud (3-1) et la Bulgarie (2-0) et d'un nul devant l'Italie (1-1), tenante du titre, l'Argentine a éliminé le voisin uruguayen en huitième de finale (1-0). L'Angleterre s'est qualifiée avec 3 points (défaite contre le Portugal 0-1, nul contre le Maroc 0-0 et succès sur la Pologne 3-0) avant de sortir le Paraguay (3-0). Le choc promet, mais surtout, l'Albiceleste a soif de revanche quatre ans après l'affront reçu par l'armée argentine lors de la Guerre des Malouines face aux troupes anglaises. Soldé par une défaite après moins de trois mois de conflit, cet épisode n'a pas été digéré par les Argentins qui l'ont vécu comme une humiliation militaire. Tout le pays veut sa revanche sur le terrain du ballon rond.

Ce 22 juin dans l'Estadio Azteca, l'Argentine est également très remontée, désireuse d'effacer la déroute de 1982 quand elle avait pris la porte du Mondial espagnol dès le second tour après deux revers face à l'Italie (1-2) et le Brésil (1-3). Devant 115 000 spectateurs, le début de partie est heurté. Les Anglais multiplient les fautes et gênent l'Argentine emmenée par Maradona, auteur du but contre l'Italie. Face aux Britanniques, « El Pibe de Oro » (le gamin en or) va tripler son pécule. A la pause, c'est pourtant le stand-by (0-0).

La « main de Dieu »

Tout va se décanter dans le second acte. En l'espace de trois minutes. A la 51eme minute, Maradona inscrit un premier but de légende. Le milieu offensif (ou attaquant) accélère aux trente mètres et sert Jorge Valdano sur sa droite à l'entrée de la surface. Son compère rate son contrôle puis le ballon est dévié en arrière dans les airs par le défenseur adverse Steve Hodge. Alors que l'arrière-garde anglaise s'arrête de jouer, Maradona a poursuivi son effort et poussé sa course. Seul face au gardien anglais Peter Shilton, il saute pour tenter de reprendre de la tête. Mais le petit Argentin (1,65 m) est trop juste. Il tente alors un geste qui va rester gravé dans l'histoire...

Un mouvement controversé et polémique pour certains, une initiative géniale pour d'autres. Maradona tend sa main gauche et reprend le ballon qui passe au-dessus du portier britannique et atterrit dans le but ! L'arbitre de la rencontre, le Tunisien Ali Bennaceur, accorde le but malgré les protestations adverses, en particulier Terry Fenwick. À vitesse réelle, difficile de distinguer la tête de la main, mais en voyant les images au ralenti, le geste de la « mimine » est incontestable. La tricherie est manifeste. « Un peu avec la tête de Maradona et un peu avec la main de Dieu », confiera le célèbre n°10 après le match. La célèbre « main de Dieu », l'expression entrée dans la légende. Le but fait toujours figure d'anomalie dans l'histoire du football.

Diego Maradona passe en revue la moitié de l'équipe anglaise

Trois minutes plus tard, Maradona va cette fois faire parler son génie de manière tout à fait régulière, ballon au pied. Encore sous le coup de cette injuste ouverture du score, les Anglais vont encaisser l'un des plus beaux buts de l'histoire. Le joueur du Napoli hérite du ballon dans le camp argentin, près du rond central. Ses contrôles mettent dans le vent deux Anglais, il se retourne et accélère sur le côté droit avec sa patte gauche de velours. Parti dans une course folle, le dribbleur de génie efface un troisième élément adverse, repique vers l'axe, puis prend de vitesse un quatrième rival à l'entrée de la surface de réparation. Il dribble enfin Shilton et pousse le cuir au fond des filets du gauche ! Sensationnel.

A lui seul, Maradona a passé en revue la moitié de l'équipe anglaise et offert un avantage décisif (54eme minute, 2-0). Le commentaire en direct à la TV du journaliste argentin Victor Hugo Morales reste mémorable. Gary Lineker, futur meilleur buteur de la Coupe du Monde (6), réussit bien à réduire la marque en fin de rencontre (81eme), en vain. Grâce à son capitaine, l'Argentine file en demi-finales. Maradona inscrira un nouveau doublé face à la Belgique (2-0) et soulèvera le trophée suprême à l'issue d'une finale remportée contre l'Allemagne de l'Ouest (3-2).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.