JO 2012 : Le couronnement de Muffat

JO 2012 : Le couronnement de Muffat©Panoramic, Media365

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le mardi 20 juillet 2021 à 13h05

Disparue tragiquement en 2015, Camille Muffat avait décroché la médaille d'or sur le 400 mètres nage libre aux Jeux de Londres. Retour sur ce grand moment du sport français.



Elle est partie trop tôt, ce 9 mars 2015, fauchée à seulement 25 ans dans un accident d'hélicoptère lors d'un tournage d'une émission de téléréalité en Argentine, en compagnie de la navigatrice Florence Arthaud et du boxeur Alexis Vastine (et sept autres personnes). Un an auparavant, Camille Muffat avait décidé de prendre sa retraite sportive. La regrettée nageuse aurait aujourd'hui 31 ans et prendrait peut-être part aux Jeux d'été de Tokyo. Elle y aurait brigué une quatrième médaille, une deuxième d'or.

Sur ses premiers et uniques Jeux, Camille Muffat avait décroché trois breloques en 2012 à Londres. Avant de s'offrir l'argent sur 200 mètres nage libre et le bronze sur le relais 4 x 200 mètres nage libre, la Niçoise avait brillé sur le 400 mètres nage libre. Nous étions alors le 29 juillet 2012 et l'athlète de 1,83 m offrait la première médaille suprême à la délégation tricolore dans la capitale britannique. Elle devenait la troisième athlète française sacrée sur la distance après Jean Boiteux (1952) et Laure Manaudou (2004), la quatrième à rafler un titre olympique individuel en natation en ajoutant Alain Bernard en 2008.

Un choix crucial mais payant en 2010

Née le 28 octobre 1989, Muffat débarque à Londres en 2012 avec le plein de confiance. Sur le 400 m nage libre, elle détient la meilleure performance mondiale de l'année en 4'01''13. Et puis, la Française a parfaitement entamé la compétition en justifiant les attentes placées en elle. Elle n'a que 22 ans mais déjà un mental de fer. « J'ai toujours rêvé d'une médaille olympique. Depuis deux ans j'y pense et depuis un an je me dis que je veux être la meilleure », clame-t-elle. Deux ans avant, elle a dû faire un choix crucial mais finalement payant sous l'impulsion de son entraîneur Fabrice Pellerin qui lui impose de choisir entre le 4 nages et le crawl.


Lors du Championnat d'Europe de Bucarest où elle débarque gonflée à bloc et confiante en 2010, elle s'est « ramassée ». Alignée sur le 200 m nage libre individuel, le relais 4 x 200 m nage libre et le 4 x 100 m 4 nages, elle n'est arrivée que 4eme sur les deux courses en individuel (elle décroche l'argent en équipe). Devenue spécialiste du crawl, c'est un choix payant puisqu'elle décroche le titre mondial en petit bassin sur le 200 m nage libre à Dubaï quelques mois plus tard et deux nouvelles médailles mondiales en bronze sur 200 et 400 m, en grand bassin à Shanghai.

Muffat résiste à Allison Schmitt et finit devant

A Londres, sa grande finale du 400 se profile bien. Camille Muffat a signé le meilleur temps des demi-finales et s'affiche clairement comme la favorite pour l'or. Elle affiche sa sérénité avant de s'élancer de la ligne d'eau numéro 4. Concentrée, elle va réaliser la course parfaite. Sur les 150 premières mètres, elle déroule et nage sur les bases du record du monde. Puis elle résiste au retour de l'Américaine Allison Schmitt, sa principale concurrente. Et conclut devant. Avec un chrono de 4'01''45, elle devance Schmitt et la Britannique Rebecca Adlington. Avec en sus : la meilleure performance olympique de l'histoire. Un temps qui sera battu quatre ans plus tard à Rio de Janeiro par Katie Ledecky (3'56''46).


La timide Camille à la longue chevelure blonde, qui avait osé battre Laure Manaudou en 2005 lors des Championnats de France sur 200 m 4 nages alors qu'elle n'avait que 15 ans, savoure son couronnement devant les journalistes. « J'ai du mal à réaliser. J'ai réussi à rester sereine. C'était vraiment dur dans les derniers mètres », confie-t-elle. « S'il fallait en choisir une (médaille d'or), c'était celle-là. Tout ce qui peut arriver maintenant, ce n'est pas grave. C'est fait ! », ajoute la jeune Française. Elle goûte alors le chemin parcouru après des dizaines de milliers de longueurs dans la piscine de l'Olympic Nice Natation. Elle captera donc par la suite deux autres médailles à Londres, devenant alors la troisième Française, après l'athlète Micheline Ostermeyer en 1948 et Laure Manaudou en 2004, à décrocher trois médailles olympiques lors d'une même édition. Inoubliable Camille Muffat.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.