Euro 2013 : la France savoure enfin

Euro 2013 : la France savoure enfin©Media365

Emmanuel LANGELLIER : publié le jeudi 02 avril 2020 à 15h37

Battue en finale en 2011 et 1949, l'équipe de France masculine remporte enfin l'Euro de basket en 2013. Sous l'impulsion de Tony Parker, sacré MVP et meilleur marqueur, les Bleus prennent leur revanche sur l'Espagne en demi-finale avant de dompter la Lituanie.



Plus fort que l'argent olympique de 1948 et 2000, plus beau que l'argent européen de 1949 et 2001, plus savoureux que le bronze européen de 1937, 1951, 1953, 1959 et 2005. Le 22 septembre 2013, l'équipe de France masculine décroche enfin le premier grand titre de son histoire en remportant l'Euro à Ljubljana. Après les sacres européens des filles tricolores en 2001 et 2009, les hommes sont enfin décorés.

Coupe d'Europe 1993 : le CSP Limoges à jamais le premier

Alors Champion NBA trois fois avec les San Antonio Spurs en 2003, 2005 et 2007 (il y aura ensuite 2014), Tony Parker peut enfin fêter une grande victoire avec les Bleus, deux ans après le revers en finale devant l'Espagne lors de l'édition 2011 qui l'avait vu terminer meilleur marqueur (22,1 points de moyenne). La revanche de 2013 est éclatante. TP brille encore individuellement mais surtout, après un coup de gueule mémorable et avec l'aide de ses coéquipiers, il permet à la France de battre enfin les Espagnols en demi-finale, avant de confirmer de la plus belle des façons en déroulant face à la Lituanie pour le titre. Cet Euro, les Bleus le tiennent enfin ! La génération Parker décroche une récompense méritée. La France aura dû attendre son 36eme Championnat d'Europe pour grimper enfin sur la plus haute marche, un record.

Une défaite pour commencer

Sur cette compétition, la formation française est amputée de Joakim Noah, Ronny Turiaf, Ali Traoré et Ludovic Vaty, tandis que Vincent Collet s'est privé de Ian Mahinmi et Kevin Seraphin. Mais elle a fière allure avec des éléments comme Parker, Nicolas Batum, Boris Diaw, Florent Piétrus, Yannick Bokolo, Nando de Colo, Mickaël Gelabale, Joffrey Lauvergne ou Johan Petro. Le 4 septembre, les Bleus entament pourtant leur parcours par une défaite contre l'Allemagne qu'ils ont dominée en préparation (80-74). Ce sera la seule défaite du premier tour. Le lendemain, les Français réagissent et prennent d'entrée les commandes sous l'impulsion de Parker et Batum. Ils battent facilement la Grande-Bretagne (88-65). Les joueurs de Collet confirment contre Israël (82-63) et enchaînent devant l'Ukraine (77-71), jusqu'alors invaincue après trois succès, puis la Belgique (82-65). Ils finissent en tête du groupe A devant les Ukrainiens et concluent cette première phase avec la meilleure attaque (80,6 points marqués par match en moyenne). Troisième meilleur marqueur, Parker est alors le joueur le plus adroit du tournoi à deux points (69,2% de réussite).

Parker : "Les jeunes peuvent s'habituer à dire 'Monsieur le Président'"

Le deuxième tour commence comme le premier, par un revers. Dans un match d'abord serré, la France craque devant la Lituanie (76-62) en subissant des tirs primés sur la fin de rencontre. Contre la Lettonie, la réaction est obligatoire. Elle a bien lieu. Le trio Ajinça-Batum-Parker est inspiré, les Bleus se détachent dans un premier quart-temps accompli (31-15) et dépassent les 100 points inscrits au final (102-91). Les voilà qualifiés pour les quarts de finale. Ils concluent à la troisième place du groupe E après avoir flanché devant la Serbie (77-65) de Nenad Krstic et Bogan Bogdanovic qu'ils avaient vaincue en préparation après prolongation.

Un quart de finale délicat

En quarts, Parker et sa bande retrouvent une autre formation battue en amical, cinq jours avant le début de l'Euro. Le 18 septembre 2013, les Bleus sont très méfiants devant la Slovénie qui évolue à domicile devant 15 000 supporters déchainés. La faute à des victoires slovènes durant le tournoi contre l'Espagne, la Grèce et l'Italie. Disputé en défense, le match n'offre pas un festival de paniers. Devant d'une courte marge à la pause (26-24), l'équipe tricolore accélère dans le troisième quart puis gère son avance sous l'impulsion de Parker, auteur de 27 points. Elle se qualifie (72-62) et gagne le droit de retrouver son grand rival espagnol.

Un nouveau France-Espagne pour une place en finale de l'Euro Basket

Ecœurés en finale de l'Euro 2011 (98-85) et sortis par la Roja en quarts des Jeux Olympiques 2012 (66-59), les Français sont très remontés face à leur « bête noire » qui empile les victoires depuis sept ans face à eux. Cela s'annonce encore mal lorsque les Français rallient têtes baissées les vestiaires à la mi-temps, menés de 14 points. Meilleur réalisateur du premier acte (14), Tony Parker pousse alors un coup de gueule dont l'effet va être retentissant. Les joueurs reviennent revigorés sur le parquet. TP poursuit sur sa lancée tandis que ses coéquipiers retrouvent tous une belle adresse. Ils grignotent et rattrapent leur retard. Piétrus jugule Marc Gasol mais les Ibériques ne lâchent rien et décrochent une prolongation. Suspense, suspense... TP et Diot inscrivent d'importants lancers francs et la France obtient le dernier mot (75-72). La voici en finale pour la troisième fois après 2011 et 1949 ! Auteur de 32 unités, Parker dépasse au passage l'Allemand Dirk Nowitzki et devient alors le deuxième meilleur marqueur de l'histoire des Championnats d'Europe derrière le Grec Níkos Galis.

Euro 2021 (F) : L'Espagne remplace la France comme hôte de la phase finale 

Les joueurs du banc s'illustrent en finale

Tombée deux ans auparavant devant les Espagnols, la France va réussir cette fois son coup lors du dernier jour. Les Tricolores retrouvent pourtant la Lituanie qui les a battus, pour rappel, de 14 longueurs au deuxième tour. L'entame est réussie. Contrairement à la demi-finale, les ouailles de Collet enchaînent brillamment les paniers, les joueurs du banc (Diot, De Colo, Pietrus et Petro) sont à l'unisson, et même si Linas Kleiza les perturbe quelque peu, les Bleus mènent de 16 points à la pause (50-34). Cela sent bon, mais encore faut-il terminer le travail... Batum, pas forcément rayonnant dans cet Euro, a marqué 17 points (6/7 aux tirs). Concentrés en défense et au rebond, les Bleus poursuivent leur œuvre en seconde période. Diaw se signale avec 13 de ses 15 points finaux, les Baltes sont impuissants alors que Parker présente cette fois une feuille minimaliste (12 points). Au terme d'une prestation maitrisée, la France est enfin récompensée (80-66) ! Parker peut laisser exploser sa joie. Le meneur des Spurs, dont c'est le septième Euro, décroche enfin la timbale en sélection ! Il est élu MVP et finit meilleur marqueur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.