France-Serbie, déjà une "finale"

France-Serbie, déjà une "finale"©Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le lundi 17 janvier 2022 à 13h01

Après deux victoires en autant de matchs dans cet Euro, les Bleus doivent valider leur qualification pour le tour principal lors du choc contre la Serbie lundi soir.



Il y a un an, les Bleus, qui n'étaient pas encore champions olympiques, avaient été incapables de battre la Serbie en qualifications de l'Euro, lors de leurs deux rencontres disputées à huis clos. Après une défaite à Zrenjanin (27-24), les hommes de Guillaume Gille n'avaient pu faire mieux que match nul à Créteil (26-26). Et les deux équipes vont se retrouver lundi soir (20h30) pour le choc du groupe C. Avec du public cette fois, dans une Pick Arena de Szeged qui risque d'être bouillante pour cette "finale" selon le sélectionneur des Bleus. Et contrairement à la Slovaquie, qui impose une jauge de 25% de spectateurs en raison de la situation sanitaire, il n'y en a pas en Hongrie, où les supporters serbes n'ont pas manqué de donner de la voix lors de la défaite de leurs protégés contre leurs voisins croates samedi (20-23). Une Croatie dominée par les Bleus en ouverture (27-22), avant qu'ils ne fassent exploser l'Ukraine (36-23).

Descat : "On va leur montrer"

Et les Tricolores, qui partiront favoris, n'ont pas oublié ce double-affrontement. "Sur deux matchs, il y avait eu un nul et une défaite. Aujourd'hui, nous ne sommes plus du tout la même équipe et nous avons à cœur de le montrer aux Serbes. Et on va leur montrer", a assuré Hugo Descat, meilleur buteur français (11 buts) malgré une panne d'efficacité en première période face aux Ukrainiens. Les Bleus vont aussi retrouver une vieille connaissance, leur ancien coéquipier Dragan Pechmalbec (trois sélections avec la France), un Nantais qui défend désormais les couleurs de la Serbie, le pays de sa mère.

"Pas de cadeaux" avec Pechmalbec

"On se croise de temps en temps dans l'hôtel, c'est sympa de se voir ici, même si moi j'aurais préféré qu'il soit avec nous. Mais bon ça, c'est autre chose. Forcément, oui, on parle du match mais Dragan nous a plutôt parlé du rendez-vous avec la Croatie. Dragan nous a dit qu'il y avait une grosse attente du côté de ce match, plus que celui de la France, même si pour lui ce sera un peu spécial, a confié son coéquipier au HBC Aymeric Minne. C'est un match très important et on ne se fera pas de cadeaux."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.