Mondial 2021 (F) : Foppa, un sacré atout pour les Bleues

Mondial 2021 (F) : Foppa, un sacré atout pour les Bleues©Pänoramic, Media365

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le dimanche 05 décembre 2021 à 13h51

Pour le deuxième match du Mondial contre la Slovénie, l'équipe de France comptera encore sur Paulette Foppa, pivot de choc.



La première sortie s'est parfaitement déroulée. Pour leur entrée en lice dans le Mondial 2021 en Espagne, l'équipe de France féminine a dominé de manière convaincante l'Angola (30-20), vendredi. Deux jours plus tard, les filles d'Olivier Krumbholz reviennent sur les terrains dimanche pour défier la Slovénie dans le groupe A à partir de 18 heures. Les championnes olympiques arrivent confiantes mais méfiantes. Pour prendre le meilleur sur les Slovènes, les Bleues compteront encore sur Paulette Foppa, remarquable pivot à seulement 20 ans.

Jeune et déjà très forte. La jeune Française, qui fêtera ses 21 ans le 22 décembre, figure déjà parmi les meilleures joueuses mondiales à son poste en attaque. « On n'a jamais vu un phénomène comme ça, je crois », lâche dans L'Equipe Amélie Goudjo, l'ancienne joueuse des Bleues au même poste et consultante sur BeIN Sports. Elle joue beaucoup avec la défense. Son gros point fort, c'est dans le rapport de force. Elle ne va pas toujours pousser son défenseur pour s'imposer, ni se laisser balader par les adversaires comme dans une machine à laver. Elle va savoir se faire oublier et sortir de l'alignement du défenseur pour proposer une trajectoire de passe. »

« On n'a jamais vu un phénomène comme ça »

Paulette Foppa peut surprendre à tout moment, comme quand elle sort du poste et s'en va quelques fois provoquer les opposantes en un contre un. « J'aime bien car les défenses ne s'y attendent pas trop, c'est mon petit grain de folie », relève la joueuse formée à Montargis qui n'est pourtant une « colosse » en termes de gabarit à son poste. « Quand les adversaires sont un peu plus grandes et costaudes, j'ai tendance à me tasser, à m'appuyer sur leurs jambes pour faire un bloc et demander la balle en bas, ce que je préfère. Là, ça devient galère pour elles, elles ne peuvent pas intercepter », détaille la joueuse de Brest (1,77 m, 73 kg). Et elle fait parler sa puissance lorsque les adversaires opposent la même taille ou sont plus petites. Ainsi que sa vitesse. A son jeune âge, elle a encore, en plus, plusieurs axes de progression, comme au niveau de ses tirs. Ça promet...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.