Starligue - PSG : Remplacer Thierry Omeyer n'est pas l'objectif de Vincent Gérard

Starligue - PSG : Remplacer Thierry Omeyer n'est pas l'objectif de Vincent Gérard©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le jeudi 01 août 2019 à 21h49

Arrivé cet été au PSG Handball deux ans après avoir signé son contrat, Vincent Gérard arrive avec l'image du remplaçant de Thierry Omeyer mais le gardien international refuse une telle étiquette.

Deux ans après avoir signé son contrat, Vincent Gérard est désormais un joueur du Paris Saint-Germain. Le gardien international français (77 sélections) aura la lourde tâche de succéder dans la cage parisienne à la légende Thierry Omeyer, comme il a pu le faire en équipe de France à l'issue du Mondial 2017 organisé dans l'Hexagone. Dans un entretien accordé au quotidien Le Parisien, l'ancien gardien de Montpellier l'assure, il est là pour garder le but du PSG, pas pour être le remplaçant du nouveau retraité. « Je fais partie des joueurs qui ont eu la chance de jouer avec Titi en équipe de France. Après lui avoir succédé à Montpellier, je prends de nouveau le relais au PSG, déclare le natif de Woippy. Mais on ne remplace pas Thierry Omeyer, on essaye juste de faire son mieux pour passer après le plus grand gardien de tous les temps. » L'ombre de l'ancien gardien des Bleus restera pesante mais, à l'entendre, Vincent Gérard est prêt à en faire fi. « Les gars qui ont la même carrière que lui se comptent sur les doigts d'une main. Thierry, bien sûr, est un modèle. Mais je trace ma propre route, assure l'ancien gardien de Dunkerque. Si Paris m'a recruté, c'est pour ce que je sais faire. Je vais essayer d'être performant dans mon registre, je ne suis pas venu faire du Thierry Omeyer. »

Gérard ne s'inquiète pas pour la Ligue des Champions

Vainqueur de la Ligue des Champions en 2018 avec Montpellier, Vincent Gérard arrive dans un club dont l'ambition ultime est de régner sur l'Europe. Les Parisiens ont raté le coche en 2017 dans une finale irrespirable face au Vardar Skopje, redevenu maître du continent en juin dernier. Mais le gardien parisien ne se voit pas comme un guide ou un joueur apportant le nécessaire pour y arriver. « Un paquet de joueurs a déjà gagné la Ligue des Champions dans cette équipe, ce serait malvenu de dire que moi, j'ai la recette, assure Vincent Gérard dans cet entretien accordé au Parisien. Avec Montpellier, c'est vrai, on l'a gagnée alors que nous n'étions pas favoris. Ça a été un grand moment qui restera à jamais gravé dans ma mémoire. Mais c'est pour revivre ce genre d'émotions que je suis venu à Paris. L'équipe est taillée pour, il y a un moment où ça va arriver. » Une arrivée dans la Capitale qui fait donc suite à une période de deux ans entre la signature du contrat et son exécution. Une situation loin d'être banale mais qui, pour le gardien international, n'a pas posé de problème. « Disons que ça laisse le temps de s'organiser. Plus sérieusement, ça offre une forme de sérénité quant à son avenir professionnel, révèle Vincent Gérard. Mais je ne me suis pas laissé aller pendant deux ans. Outre les échéances très importantes avec Montpellier et l'équipe de France, je n'avais aucun intérêt à arriver à Paris sur une saison pourrie et devoir remonter la pente derrière. C'était même plutôt un avantage de pouvoir se concentrer sur le hand et rien que le hand. » Une reprise qui se concrétisera le 31 août prochain à Limoges avec le Trophée des Champions face à... Montpellier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.