Montpellier : Face à la gronde des joueurs, l'entraîneur héraultais Patrice Canayer a une réponse cinglante

Montpellier : Face à la gronde des joueurs, l'entraîneur héraultais Patrice Canayer a une réponse cinglante©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le samedi 06 avril 2019 à 16h15

Alors que de nombreux joueurs internationaux ont pris publiquement la parole pour alerter sur la surcharge du calendrier, l'entraîneur de Montpellier est revenu sur le sujet en conférence de presse et a précisé sa pensée.

La grogne était perceptible depuis longtemps, elle s'est matérialisée. Via la campagne « Don't play the players », de nombreux internationaux de handball ont voulu alerter les décideurs et l'opinion publique face à la surcharge du calendrier. Si les réactions venant des autorités sportives ont été limitées, avec l'IHF qui a remis en avant la réforme du format du championnat du monde avec, notamment, un match en moins à jouer pour remporter le titre et plus de jours de repos entre les matchs, une voix détonne et c'est celle de Patrice Canayer. Présent en conférence de presse ce vendredi, l'entraîneur de Montpellier a donné un avis très tranché. « Chacun est en train de dire que c'est la faute du voisin. Je comprends ce mouvement, mais je n'aime pas les prises de position sans discernement, assure ce dernier dans des propos recueillis par HandNews. Il faut entrer dans le cœur du dossier. Dans le handball, 20% des joueurs jouent trop et 80% pas assez. Mon opinion est que si tu es professionnel pour jouer une fois par semaine, ce n'est pas assez. Le problème concerne donc 20% des joueurs. »


Canayer : « On ne va pas jouer pendant trois semaines, est-ce normal ? »

Patrice Canayer a étayé son propos en renvoyant dos-à-dos les autorités sportives que sont la Fédération et la Ligue. Si la LNH a fait un pas en direction des joueurs avec la disparition du Hand Star Game et une réforme du Trophée des Champions qui va transformer la compétition en un match unique entre le champion de France et le vainqueur de la Coupe de la Ligue, les incohérences du calendrier font enrager l'entraîneur héraultais. « Avec la suppression du Hand Star Game, j'ai donné une semaine complète de repos à mes internationaux. C'est une avancée. Maintenant, après le match de dimanche, on ne va pas jouer pendant trois semaines, se demande l'emblématique entraîneur montpelliérain. Est-ce normal ? Le problème est, à l'heure actuelle, que chacun est tellement arc-bouté sur la défense de ses propres intérêts qu'il en oublie l'intérêt général. » La Fédération, pour sa part, se voit fustigée concernant le calendrier des équipes de France. « Que je sache, le vice-président de l'IHF est français, non ? Et si on prend la Golden League, je ne crois pas que ce soit l'IHF qui ait forcé la FFHB à signer le contrat pour trois matchs amicaux en quatre jours, ajoute Patrice Canayer. On demande toujours aux autres de faire des améliorations, et on ne va pas avancer comme ça. »

Canayer : « Le risque physique est inclus dans le contrat »

Autre partie prenante du handball français, son diffuseur principal beIN Sports en prend également pour son grade, dénonçant une certaine hypocrisie. « Les commentateurs (du match Aix-Nîmes ce jeudi), je n'ai pas du tout aimé. En public, ils prennent une position ridicule de défense des joueurs quand, en coulisses, lorsqu'ils achètent les droits, ils se battent pour qu'il y ait plus de matchs, assure Patrice Canayer. C'est se foutre de la gueule des gens. » Mais, comme l'admet le patron du secteur sportif du MHB, l'équilibre est difficile à trouver pour permettre aux clubs d'avoir une certaine santé financière tout en se laissant une marge de manœuvre pour gérer la santé des joueurs. « A partir du moment où les droits TV ne montent plus, qu'on a une Arena, où trouve-t-on l'argent ? En jouant, rappelle-t-il. Peut-être que si les droits TV montaient, on aurait plus d'argent et on jouerait moins. » Dans leur campagne, les joueurs tels Nikola Karabatic ont mis en avant le risque physique lié à l'accumulation des matchs tous les trois jours, voire même enchaînés sur plusieurs jours dans les compétitions majeures. Un argument que Patrice Canayer bat en brèche. « Il est inclus dans le contrat qu'on a. Demandez au maçon qui se lève à 8h00 du matin pour aller sur les chantiers s'il n'a pas de risque physique, avance l'entraîneur héraultais. Il faut regarder tout ça avec un peu de distance. Par contre, je trouve tout à fait respectable et honnête le discours de Nikola Karabatic, qui dit qu'il arrêtera en 2020 pour ensuite continuer avec son club. » Le hic, c'est que le joueur du PSG a précisé sa pensée et qu'une retraite internationale l'an prochain devait être mise au conditionnel. Cette réaction de Patrice Canayer démontre que le sujet mis sur la table par les joueurs est sensible et que trouver des solutions n'aura rien d'évident.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.