Mondial 2021 (H) : Les confessions de Lagarde

Mondial 2021 (H) : Les confessions de Lagarde©Panoramic, Media365

Emmanuel LANGELLIER : publié le mardi 26 janvier 2021 à 11h49

Après la qualification décrochée pour les quarts de finale, Romain Lagarde, en vue face au Portugal dimanche, confie ses impressions sur le Mondial de l'équipe de France.



Après une entame de compétition poussive, les Bleus ont accéléré et disputeront mercredi les quarts de finale du Championnat du Monde en Egypte. La Hongrie attend les Français qui ont fêté leur qualification avec une bière pour Romain Lagarde, auteur de 3 buts et 3 passes décisives face au Portugal, écrasé (32-23) par l'armada tricolore. Un groupe français qui vit très bien selon le Morbihannais qui a livré sa meilleure prestation.

Cela n'a en tout cas rien à voir avec le dernier Euro. « Rien qu'à la Maison du handball, lors de la préparation, on voyait que ça vivait davantage. On passait plus de temps dans la salle de vie, on s'y retrouvait plus facilement et plus souvent pour jouer aux fléchettes, au ping-pong, au baby-foot ou à la PlayStation. On s'entend beaucoup mieux, du moins on a retrouvé ce que nous avions un peu perdu l'an dernier, explique Lagarde dans Ouest-France, mardi. En 2020, après les entraînements, on retournait plus facilement dans notre chambre. »

Lagarde : « Si on n'est pas à 300 %, on vivra les mêmes mésaventures que face à l'Espagne et le Danemark en 2018 et 2019 »

Sur son cas personnel, Lagarde savoure après des débuts délicats. « J'étais un peu déçu de mes premières prestations, c'est peut-être également parce que je n'avais pas trop de temps de jeu en Allemagne. J'ai été content de me retrouver dans ce que je sais faire contre le Portugal, se réjouit le joueur de Rhein-Neckar. Rentrer après Tim (N'Guessan), ça booste. On s'entraide, on se motive, surtout on sait très bien que l'on ne tiendra jamais une heure, ni l'un ni l'autre, et que l'équipe a besoin des deux. »

Au vu de la prestation face au Portugal, les Bleus peuvent viser le sacre final. « J'espère, je signe ! Maintenant, le rendement affiché face au Portugal, il faut que ça soit notre minimum syndical si on souhaite aller dans le dernier carré, confie le joueur de 23 ans. On n'a pas de marge. Si on n'est pas à 300 %, on vivra les mêmes mésaventures que face à l'Espagne et le Danemark en 2018 et 2019. Le contexte sanitaire fait que l'on est davantage ensemble, moins tourné vers les autres, et ce n'est pas plus mal. On laisse moins d'influx. Pour l'instant, c'est focus sur le quart mais j'aimerais bien un autre métal que le bronze. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.