Mondial 2019 (F) : Une compétition à ne pas prendre à la légère pour Olivier Krumbholz

Mondial 2019 (F) : Une compétition à ne pas prendre à la légère pour Olivier Krumbholz©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le vendredi 08 novembre 2019 à 15h53

Alors que l'équipe de France va prochainement rallier le Japon pour y conclure sa préparation afin d'aborder le Mondial dans les meilleures conditions, Olivier Krumbholz a prévenu ses joueuses qu'un début de compétition manqué pourrait leur être fatal.

Deux ans après le titre acquis en Allemagne, les Bleues sont en reconquête. Olivier Krumbholz a récemment dévoilé un groupe de 20 joueuses pour la dernière ligne droite de la préparation, la Japan Cup à Tokyo dans les installations prévues pour les Jeux Olympiques du 21 au 24 novembre. Pour ces trois matchs face au Brésil, au Japon puis à la Slovénie, le sélectionneur des Bleues a fait appel à un groupe élargi à 20 éléments qui sera réduit à 16 pour le Mondial. Une liste où se côtoient jeunesse et expérience, notamment au poste de gardienne de but avec les absences conjuguées de Laura Glauser, blessée, et Cléopâtre Darleux, enceinte. « Perdre Laura Glauser, c'est un peu la tuile. Elle et Amandine forment une paire très solide. Amandine ne pourra pas porter le poids d'une compétition toute seule, on aura donc besoin d'une jeune performante avec elle, a confié sur le sujet Olivier Krumbholz dans un entretien accordé à HandNews. Et comme je ne vais pas condamner une joueuse de champ, le choix entre Catherine Gabriel et Roxane Frank sera très important. Le test-event, où Amandine aura plus un rôle de capitaine, sera déterminant dans cet optique. »


Krumbholz prévient contre une mauvaise surprise

A l'issue de cette préparation, l'équipe de France entamera le Mondial avec, Olivier Krumbholz le confirme, un groupe loin d'être évident avec, notamment, le Danemark et l'Allemagne. « Deux équipes très fortes ne vont pas passer et on pourrait être parmi ces deux-là. La France peut sortir au premier tour, tonne le patron des Bleues. Ceux qui ne le croient pas se trompent. Dans les compétitions précédentes, on a pu souffrir de nos défaites en ouverture. On doit franchir une étape par rapport à ça. » Reprenant le format tortueux redécouvert lors du Mondial masculin en début d'année, les joueuses enchaîneront un tour préliminaire puis un tour principal dont les deux premiers de chaque groupe rejoindront les demi-finales dans une cadence infernale de sept matchs en douze jours. Un format où les Bleues ne pourront pas connaître des difficultés dès l'entame de la compétition, contrairement aux dernières échéances, d'où une arrivée précoce au Japon pour finir la préparation. « La formule est très dure, puisque trois équipes seront qualifiées et que nous sommes tombés dans une poule terrible, répète Olivier Krumbholz dans cette interview accordée à HandNews. Ça va être compliqué pour tout le monde, mais on va essayer de prendre les matchs un par un. Essayons de battre la Corée du Sud d'entrée pour nous mettre d'entrée dans le bon rythme. »


Krumbholz : « Les joueuses visent le titre »

Championnes du monde puis d'Europe à domicile, les Bleues n'ont qu'un seul objectif selon leur sélectionneur, qui n'est pas tout à fait du même avis. « Je ne peux pas aller à l'encontre de ce que les joueuses visent, et elles visent le titre, assure le sélectionneur national. Pour ma part, je serais déjà très content d'aller en demi-finale et de ramener une médaille. Le plus gros danger, c'est le début de la compétition et on va tout faire pour arriver sur les premiers matchs quasiment à notre niveau maximum. » Mais ce Mondial ne peut pas occulter l'objectif de la saison que sont les JO de Tokyo et les performances dans les semaines à venir pourraient peser dans les choix qui seront faits. « Des jeunes poussent derrière, même si j'ai choisi de faire confiance aux anciennes sur le championnat du monde, affirme dans cet entretien accordé à HandNews Olivier Krumbholz. Mais on ne peut pas me demander de faire des miracles, celles qui ne seront pas performantes au Mondial ne marqueront pas de points en vue de Tokyo. » Des JO qui auront tout de la dernière danse pour certains cadres mais, pour Olivier Krumbholz, cela ne doit pas les faire dévier du premier objectif, qui est de briller lors du Mondial. « Les Jeux Olympiques seront, à coup sûr, la dernière compétition pour pas mal de nos anciennes et elles voudront à tout prix finir en beauté et elles rêvent de l'or aux JO. Mais ce qui nous préoccupe maintenant, c'est le championnat du monde, rappelle le sélectionneur. On a fait des choix très appuyés, notamment en se déplaçant très tôt au Japon pour pouvoir performer dès le début. La poule étant très relevée, il faudra être dedans tout de suite. » Avant le deux chocs face à l'Allemagne et le Danemark, les Bleues ne devront rien laisser passer afin de valider leur billet pour le tour principal.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.