Ligue des Champions (H) : Le phénomène Panic

Ligue des Champions (H) : Le phénomène Panic©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le jeudi 30 septembre 2021 à 10h51

Montpellier affronte Kiel en Ligue des Champions avec un sacré atout dans sa manche : Marko Panic. Le Bosnien possède la particularité d'être ambidextre.



Après le match nul du Paris-SG contre Flensburg-Handewitt (27-27), mercredi lors de la 3eme journée de la Ligue des Champions, Montpellier est de sortie dans la compétition jeudi. Les Héraultais feront face aux Allemands de Kiel à partir de 20h45 (groupe A). Après son nul devant Szeged (29-29) et son revers à Aalborg (36-28), Montpellier a soif de revanche contre le lauréat 2020.

Panic : « Je suis droitier, pour faire du foot, pour écrire ou pour manger. Avec la main gauche, je joue juste au handball »

Pour espérer faire un résultat, Montpellier, vainqueur en 2018, comptera sur un sacré atout : Marko Panic. L'arrière droit est en effet un phénomène. Ce n'est pas dans sa taille, même s'il est imposant avec 1,97 m, que le Bosnien de 30 ans se distingue. Non, Panic possède une particularité incroyable : il est ambidextre. Le handballeur peut donc shooter de la main droite comme de la gauche ! Il a déjà brillé pour ses débuts contre Saint-Raphaël avec 8 buts, avant de baisser de pied à Nantes (1/4).


Jusque-là, quatre ans après son départ de Chambéry, Panic a signé 18 buts, dont 13 de la main gauche cette saison. « C'est vrai que c'est rare, je n'ai croisé qu'un autre mec comme ça, en Pologne, Krzysztof Lyzwa. En fait, je suis droitier, pour faire du foot, pour écrire ou pour manger. Avec la main gauche, je joue juste au handball », explique le Bosnien dans L'Equipe, jeudi. Une particularité qui trouve sa source dans son enfance. « Petit, je jouais beaucoup au ballon avec mon père (Milan), qui est gaucher et qui jouait à un bon niveau amateur. Quand j'avais onze ans environ, je me suis blessé à la main droite et il m'a vu jouer avec la main gauche, narre Panic. Il m'a alors dit : "Maintenant, tu vas travailler uniquement de la main gauche." Au début, c'était une période très difficile, je n'avais pas de bonnes sensations. Il fallait tout changer, le pied d'appui, ce n'était pas une position naturelle... Mais on a beaucoup travaillé et j'y suis arrivé. Maintenant, je lui en suis reconnaissant. Je suis beaucoup plus fort de la main gauche, mais j'ai toujours utilisé les deux mains. J'aime bien tirer de la main droite une ou deux fois par match, c'est un coup surprise dans mon répertoire. Ça arrive tout seul. »

Perturbant pour les adversaires

L'entraîneur de Montpellier, Patrice Canayer, en profite depuis le début de saison. « C'est extrêmement rare d'avoir un handballeur qui se sert indifféremment des deux mains, beaucoup plus que des footballeurs capables de jouer des deux pieds. Marko peut ainsi surprendre les défenseurs et le gardien adverse quand il revient dans le secteur central, notamment dans le positionnement avec le contre. Il le fait particulièrement bien », se réjouit le technicien.

Les adversaires en sont déstabilisés. « C'est un peu perturbant car quand tu défends, tu positionnes ton corps en face du ballon pour fermer l'angle, reconnaît ainsi Adrien Dipanda, défenseur de Saint-Raphaël. Ça m'est arrivé une fois à Montpellier : je me mets face au bras gauche et d'un coup il déclenche du droit... Le gardien m'a dit : "Tu n'as pas défendu !", mais c'est juste que tu n'es pas du bon côté du corps. Il a le bras qui est complètement libre, et tu ne peux pas t'y attendre. » Panic est lui attendu ce jeudi soir, d'autant que Montpellier est privé de Porte, Duarte et Simonet, et tandis que Gudmundsson demeure incertain.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.