Lidl Starligue - PSG : Vers un départ à la retraite repoussé pour Nikola Karabatic

Lidl Starligue - PSG : Vers un départ à la retraite repoussé pour Nikola Karabatic©Media365

Mathieu WARNIER, publié le mercredi 23 septembre 2020 à 10h20

Dans un entretien accordé au quotidien L'Equipe, Nikola Karabatic a confié que ses plans de retraite à l'issue de son contrat avec le PSG en 2022 pourraient être chamboulés par la crise sanitaire.



Nikola Karabatic ne semble pas encore prêt à raccrocher. Alors que le PSG Handball lance sa saison ce mercredi avec la réception de Flensbourg-Handewitt en Ligue des Champions, le demi-centre international tricolore s'est confié dans un entretien accordé au quotidien L'Equipe où il a balayé l'actualité d'un sport durement touché par la crise sanitaire, mais qui pourrait l'être encore plus si cette dernière devait durer. « Cette crise a clairement mis en danger notre job. J'ai peur pour l'avenir du hand et de tous les sports comme le basket, le volley... dont l'économie ne repose pas sur les droits télé, a déclaré Nikola Karabatic. Même sans public, le foot continue à jouer. Nous, sans public, on ne peut pas continuer. » Alors que la LNH a décidé de verser une part égale des droits de diffusion, les clubs français de handball, comme leurs homologues du rugby, dépendent essentiellement des revenus issus des matchs pour boucler leurs budgets.

Karabatic se sent « vraiment bien physiquement et mentalement »

Avant cette crise et plus de six mois d'arrêt forcé entre la décision de la LNH de stopper la Lidl Starligue et la reprise ce mercredi à l'échelon européen, Nikola Karabatic a pu prendre le temps de réfléchir à son avenir. Alors qu'il comptait se retirer des parquets à l'été 2022, au terme de son contrat avec le club de la Capitale, le joueur aux 313 sélections avec les Bleus confirme avoir encore l'envie de jouer, même s'il avoue que « c'est encore très flou ». « Autant avant je me disais que je risquais certainement de m'arrêter en 2022, à la fin de mon contrat avec le PSG, autant là je me sens vraiment bien physiquement et mentalement. Je commencerai à y réfléchir la saison prochaine, assure le demi-centre international. Mais si tout va bien, je n'arrêterai pas forcément en 2022. Je n'ai pas envie de me porter la poisse. Je suis confiant pour le futur. Si tout suit son cours, je ne m'interdis pas de continuer. » Avant d'entamer cette réflexion, Nikola Karabatic et l'ensemble des internationaux vont devoir affronter une saison 2020-2021 au calendrier surchargé.

Karabatic : « Dans notre sport, notre voix ne porte sur rien »

Avec le report d'un an des Jeux Olympiques, et du tournoi de qualification préalable, ainsi que le maintien du Mondial 2021 en Egypte, la Fédération Européenne de handball a confirmé que le Final Four de la Ligue des Champions 2019-2020 aura lieu... les 28 et 29 décembre prochains. Une décision qui ne convainc pas le Parisien. « C'est toute l'absurdité de fixer cette compétition en beau milieu de la saison, tonne le double champion olympique. D'après les dernières rumeurs, ce Final Four se disputerait à huis clos ou dans une jauge maximale de 1 000 personnes. Du coup, quel est l'intérêt de le programmer au mois de décembre ? C'est presque irresponsable. » Déjà très critique à l'encontre du calendrier en 2019 au travers de la campagne « Don't play the players », Nikola Karabatic semble compte plus sur la crise sanitaire que sur un mouvement de fond des joueurs pour alléger un minimum le programme. « Dans notre sport, notre voix ne porte sur rien. C'est un peu : 'Joue et ferme ta gueule'. À moins qu'on décide tous de ne pas jouer une compétition. Mais je ne pense pas que cela arrivera un jour, se lamente le quadruple champion du monde. D'un autre côté, j'ai de forts doutes sur la tenue de toutes les compétitions. Avec cette menace permanente du coronavirus, tu te dis qu'il y a bien une compète ou deux qui vont sauter. » Pourtant, l'IHF compte bien organiser son Mondial malgré la récente opposition des clubs allemands.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.