Les joueurs internationaux demandent plus de repos

Les joueurs internationaux demandent plus de repos©Media365

Aurélie SACCHELLI, publié le mercredi 03 avril 2019 à 10h16

Ce mercredi, l'Association des joueurs professionnels de handball et le Syndicat européen des joueurs de handball lancent un appel aux présidents des Fédérations internationale et européenne de handball pour demander plus de repos entre les matchs des grandes compétitions internationales.

Trop c'est trop ! Les joueurs internationaux de handball en ont ras-le-bol et le font savoir ce mercredi ! Le championnat du monde de janvier dernier, disputé en Allemagne et au Danemark, a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, et l'Association des joueurs professionnels de handball et le Syndicat européen des joueurs de handball ont donc décidé de lancer un appel aux présidents des Fédérations internationale et européenne. « En janvier pendant le Mondial, alors que les blessures dues au rythme infernal allaient bon train, un mouvement notamment impulsé par Vincent Gérard s'est mis en place et plusieurs joueurs de différentes sélections ont commencé à échanger entre eux. Ils nous ont demandé de porter un message clair auprès des instances européennes et internationales (...). Nous souhaitons intégrer davantage de jours de repos entre les matchs des compétitions internationales. Il est hors de question de revivre une compétition où s'enchaînent des matchs d'un tel enjeu sans un seul jour de repos entre. Il nous paraît également important de donner du poids aux joueurs dans les instances décisionnaires au niveau de l'IHF et d'enfin prendre en compte notre voix. Pour finir nous souhaitons nous réunir avec les présidents de l'IHF et de l'EHF afin d'échanger très concrètement sur ces problématiques de calendriers. Cela devient urgent », explique Bastien Lamon, le président l'Association des joueurs professionnels de handball sur le site officiel du syndicat. Lors du Mondial 2019, l'équipe de France avait par exemple disputé 10 matchs en 17 jours, avec trois déplacements sur les jours de repos en plus. Avec ce système à deux phases de poules, le nombre de matchs a augmenté, et donc les revenus pour les organisateurs également. En 2017, lors de son Mondial à domicile (avec une seule phase de poules, puis des huitièmes de finale), la France avait joué 9 matchs en 18 jours.

N.Karabatic soutient la campagne... mais n'y croit pas trop



Dans une interview accordée à L'Equipe, Nikola Karabatic, l'un des leaders du mouvement, explique pourquoi il s'est engagé dans la lutte : « J'étais l'un des premiers à dénoncer ce problème il y a dix ans, quand j'étais parti en Bundesliga. Le rythme était déjà incroyable, je me souviens de l'Euro 2006 dans lequel on avait joué six matchs en huit jours... Puis il y a eu le changement e formule de la Ligue des champions (en 2015) avec des matchs dans tous les sens, les changements de règles comme le jeu à sept (en sortant le gardien en attaque), des choses qui n'aident pas notre sport. » La star du PSG et de l'équipe de France évoque aussi le Final Four de la Ligue des Champions, où les joueurs disputent sur deux jours, sans repos, deux des matchs les plus importants de leur saison, voire de leur carrière... Malgré tout, le joueur aux 301 sélections en équipe de France ne croit pas vraiment que les choses vont changer : « Elles le pourraient bien sûr, mais cela demanderait une action très, très, très forte de la part des joueurs et je ne sais pas si on veut le faire aujourd'hui. Cela va changer quelques petites choses, on nous accordera un jour de repos en plus, peut-être qu'on nous enlèvera un match par-ci par-là. Mais de vrais changements en profondeur, je ne pense pas.» C'est en tout cas ce midi que la campagne, baptisée « Don't play the players » (« Ne jouez pas avec les a été lancée, via une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, dans laquelle on retrouvera notamment le meilleur joueur et la meilleure joueuse du monde Mikkel Hansen et Cristina Neagu, mais aussi Luka Karabatic, Michaël Guigou, Melvyn Richardson, Uwe Gensheimer, Isabelle Gullden ou encore Stine Bredal Oftedal.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.