France : Anti ne décolère pas

France : Anti ne décolère pas©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le mercredi 12 février 2020 à 11h48

Thierry Anti ne digère toujours pas qu'aucun dirigeant de la FFH ne l'ait appelé pour lui expliquer les raisons de ce choix.

Son arrivée sur le banc d'Aix-en-Provence n'y a rien fait. Thierry Anti (60 ans) ne décolère pas. Très agacé, le nouvel homme fort du PAUC n'a toujours pas digéré la nomination de Guillaume Gille à la tête des Bleus en lieu et place de l'ancien sélectionneur Didier Dinart. Non pas que le technicien français estimait que le poste aurait dû lui revenir, même s'il n'aurait évidemment pas craché dessus. Non, ce qui énerve au plus haut point l'ancien coach du Sporting Portugal, c'est le silence de la Fédération française (FFH) après que l'ex-adjoint de Dinart a été désigné pour lui succéder au lendemain du fiasco du dernier Euro. Comme beaucoup de ses confrères, Anti s'attendait en effet à recevoir des explications. Mais de coup de fil, il n'a jamais reçu. Ce qu'il déplore encore aujourd'hui, toujours autant amer. En marge de son arrivée à la place de Jérôme Fernandez, envoyé à la formation, le Parisien n'a pas caché qu'il gardait toujours l'attitude de sa Fédération en travers de la gorge.

Anti : « On aurait pu me donner un petit coup de téléphone »

« Je n'ai pas compris ce silence, regrette Anti dans des propos relayés par L'Equipe. Je sais qu'ils ont appelé certaines personnes pour expliquer ce choix, mais pas moi. Je n'ai pas trop apprécié, car à côté de cela je m'investis énormément dans le handball français », peste le président du syndicat des entraîneurs (7Master), assurant que son courroux n'est pas lié au fait de ne pas avoir été retenu pour prendre le relais de Dinart. « Cela m'a déçu, non de ne pas être choisi, car je n'ai pas été demandeur, mais on aurait pu me donner un petit coup de téléphone, juste pour m'expliquer un peu. » Le 6 février dernier, l'ex-entraîneur de Nantes resté seulement six mois au Portugal (contre dix ans en Loire-Atlantique) a signé un contrat de trois ans à Aix à partir de 2021. « C'est un beau challenge, appréciait Thierry Anti, ce jour-là (...) Cela correspond à ma manière de voir les choses. Et j'avais très envie de revenir en France. » Beaucoup moins peut-être de croiser les dirigeants de la Fédération française.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.