Coupe de France (H) : Le PSG décroche son quatrième trophée

Coupe de France (H) : Le PSG décroche son quatrième trophée©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le samedi 05 mai 2018 à 23h25

Après trois années sans victoire, le PSG renoue avec le succès en Coupe de France. Les Parisiens, qui attendaient depuis 2015 de monter de nouveau sur la plus haute marche du podium, ont décroché samedi à l'AccorHotels Arena aux dépens de Nîmes en finale leur quatrième titre dans cette épreuve remportée la saison dernière par Nantes.

Le score final (32-26), nettement favorable aux joueurs de la Capitale, pourraient laisser penser que Paris a vécu une soirée tranquille. Pourtant, il n’en a rien été, et il a fallu un trou des Nîmois pour que le vainqueur des éditions 2007, 2014 et 2015 ne se détache. Avant ce creux de ses adversaires, fatal aux Gardois, le PSG avait énormément souffert face à, dixit Nikola Karabatic, « la seule équipe en France qui joue plus vite qu’(eux) ». Le jeu rapide de Nîmes lui avait d’ailleurs permis de faire le premier le break, et même de prendre quatre buts d’avance à un moment (7-3 puis 8-4) face à des Parisiens fébriles et maladroits devant le but de Rémi Desbonnet alors qu’en face, Thierry Omeyer n’avait toujours pas réussi le moindre arrêt. Rodrigo Corrales faisait d’ailleurs son entrée dans la cage parisienne et en moins de dix minutes, Paris finissait par égaliser sur un but de son jeune espoir Benoît Kounkoud (11-11, 23eme).

Seul bémol : la blessure d'Abalo

Les contre-attaques toujours aussi fulgurantes des Nîmois leur permettaient en dépit du repli défensif très efficace des Parisiens de continuer de faire encore la course en tête quelques minutes, mais c’est bien le futur vainqueur qui regagnait les vestiaires avec un but d’avance, après que Mikkel Hansen n’a pas tremblé sur son jet de sept mètres juste avant la pause (15-14). Pour la première fois, Paris menait au score. La « Green Team », pourtant en supériorité numérique à deux reprises, manquant deux opportunités d’égaliser à la reprise, le PSG allait même compter dans la foulée deux buts d’avance (16-14, 34eme). Moins fringant, Nîmes, tombeur du tenant du titre Nantes et de Montpellier sur son parcours, revenait à hauteur grâce notamment à Elohim Prandi, mais, même si cette finale paraissait toujours aussi indécise, l’espoir était de courte durée pour les Nîmois, d’autant que Corrales décidait de faire basculer la balance du côté de Paris, qui profitait des arrêts de son gardien espagnol pour faire l’écart, et même s’envoler. De +4, l’avance du dauphin de Montpellier en Starligue passait à +6 (32-26, score final) et la seule frayeur que connaissait le PSG dans cette partie venait de la blessure de Luc Abalo, probablement victime d’un claquage à une cuisse. Un coup dur en perspective pour Paris, qui passait toutefois vite à autre chose au moment de fêter dans une AccorHotels Arena presque intégralement acquise à sa cause son deuxième titre de la saison après la victoire en Coupe de la Ligue. En attendant peut-être un éventuel quadruplé historique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.