Cléopatre Darleux ne sait pas si elle pourra reprendre sa carrière

Cléopatre Darleux ne sait pas si elle pourra reprendre sa carrière ©panoramic, Media365
A lire aussi

Aurélie Sacchelli, Media365, publié le vendredi 24 novembre 2023 à 09h44

Alors que le Mondial féminin de handball débute la semaine prochaine, sans elle, Cléopatre Darleux (34 ans) s'interroge dans les colonnes de L'Equipe si elle pourra reprendre sa carrière, un an après avoir subi une commotion cérébrale.


Reverra-t-on un jour Cléopâtre Darleux sur un terrain de handball ? Plus les jours passent et plus la probabilité diminue... La gardienne de 34 ans a été victime d'une commotion cérébrale il y a près d'un an avec son club de Brest, après avoir reçu trois ballons dans la tête en une semaine. Et elle peine à entrevoir le bout du tunnel, comme elle l'a confié dans les colonnes de L'Equipe ce vendredi. "Ce n'est pas évident, mais je ne suis plus en mode "Quand je vais reprendre" mais plutôt "Est-ce que je vais reprendre ?", confie la championne olympique 2021. Même si elle ne peut plus plus jouer avec le BBH, Cléopatre Darleux s'accroche à l'espoir de reprendre dans les prochains mois et s'entraîne pour rester en forme. Mais les maux de tête reviennent souvent. "Je fais des efforts tous les jours. J'étais arrivée assez loin au niveau de mon programme de cardio, mais j'avais trop de maux de tête sur les sessions à haute intensité. J'en fais un peu moins : que trois séances par semaine, un jour sur deux au lieu de tous les jours. Je ne fais que du cardio, pas de hand", raconte-t-elle. Même si elle se demande si elle ne ferait pas mieux d'arrêter complètement le sport pour voir si la commotion s'estompe définitivement, la gardienne n'arrive pas à rester inactive : "Je me dis que ça peut encore passer, que j'ai envie de tout essayer. Ce n'est pas possible de dire stop pour l'instant. À la limite faire une pause, des vacances, parce que je ne me suis jamais arrêtée depuis que je suis en arrêt. J'ai toujours essayé des choses."

Darleux se donne jusqu'à avril pour décider

Alors que l'équipe de France débutera la semaine prochaine son championnat du monde, où elle estime que "c'est bien que d'autres gardiennes jouent, prennent de l'expérience pour les Jeux", Cléopâtre Darleux se donne jusqu'à "février, mars, avril", pour tirer une croix, ou pas, sur ces JO de Paris qui seraient le dernier grand objectif de sa carrière, elle qui sera en fin de contrat avec Brest en juin. Mais même si elle va tout faire pour être au rendez-vous olympique, la maman d'Olympe, âgée de 4 ans, ne veut pas se mettre en danger. "Il y a ce côté : quel peut être le risque de reprendre un ballon (dans la tête) ? Parce qu'être dans l'état dans lequel j'étais (maux de tête, bruit et lumière qui dérangent, impossibilité de conduire..., ndlr) , ce n'est pas une vie non plus. Mettre en péril la vie de famille pour ça fait partie des questions qu'on se pose." Cléopâtre Darleux se donne jusqu'à avril pour savoir si elle stoppe sa carrière ou continue d'espérer. Une carrière qui, même si elle s'arrête de cette façon, restera exceptionnelle, avec notamment un titre olympique et mondial et quatre médailles d'argent mondiales et européennes avec les Bleues, une Coupe des Coupes avec Viborg, et trois titres de championne de France avec Metz et Brest.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.