Bleus - Karabatic : "Dès que ça ne va pas, on a tendance à paniquer"

Bleus - Karabatic : "Dès que ça ne va pas, on a tendance à paniquer"©Panoramic, Media365

Thomas Siniecki, Media365 : publié le dimanche 17 avril 2022 à 15h59

L'équipe de France mesure l'étendue du chantier qui l'occupe encore, après les deux matchs qui l'ont opposée à l'Espagne. A l'image des scores de jeudi puis samedi, une instabilité un peu trop chronique handicape les Bleus.



Tout le monde était d'accord côté français samedi soir, à l'issue de la défaite contre l'Espagne (31-32) deux jours après un premier large succès face à la même équipe (44-33) : dès que la situation ne tourne pas en leur faveur, les Bleus balbutient leur handball. Même si Nikola Karabatic apporte une nuance : "Dès que ça ne va pas, on a tendance à paniquer. On voulait que ça n'arrive pas, ne pas perdre nos moyens et ne pas stresser. On l'a bien fait, ça n'a pas payé mais on s'est bien battus."

Gille : "Notre vrai visage n'est peut-être pas stabilisé"

Le sélectionneur des champions olympiques, Guillaume Gille, estime qu'il s'agit du "niveau de cette équipe, avec tout son talent mais aussi ses difficultés à trouver la bonne option tactique dans les moments où on est moins en confiance." Pour le coach et ancien international, "le vrai visage de cette équipe n'est peut-être pas stabilisé" : "On est capables de perdre un peu le fil et de lâcher des ballons assez simples, se mettant ainsi en difficulté."


Kentin Mahé est plus dur : "On a manqué d'envie, de rigueur et de force offensive, j'ai eu l'impression de voir les Espagnols du premier match. A la pause, le mot d'ordre était de garder son sang-froid et de ne pas se perdre en voulant décider le match tout seuls, en voulant faire Zorro." Ludovic Fabregas conclut dans le même ton : "Quand on est en difficulté, on a parfois des problèmes de confiance quant à notre jeu, mais ce genre de matchs permet de travailler pour justement arriver plus au point sur la prochaine compétition."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.