Bleus - Gilles : "On imaginait tous un autre match"

Bleus - Gilles : "On imaginait tous un autre match"©Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le vendredi 08 janvier 2021 à 23h13

Alors que ses Bleus ont été battus en Serbie pour les grands débuts de Guillaume Gille sur le banc, le sélectionneur tricolore espère voir un autre visage samedi pour le retour à Créteil, à cinq jours des débuts du Mondial. 

 

Nouveau sélectionneur de l'équipe de France, Guillaume Gille avait sans doute rêvé d'autres débuts, près d'un an après sa nomination à la place d'un Didier Dinart dont il était l'adjoint. En déplacement en Serbie mardi pour le compte des qualifications de l'Euro 2022, ses Bleus se sont inclinés 27-24, et se sont compliqués la tâche avant le match retour face aux Serbes, samedi à Créteil. Surtout que cinq jours plus tard, ils débuteront le Mondial égyptien contre la Norvège... Mardi, les Tricolores étaient apparus en-dessous de leur niveau. Ce qui peut notamment s'expliquer par le fait que les joueurs du PSG et du Barça n'avaient eu que 36 heures pour couper, après avoir disputé à Cologne le Final Four de la Ligue des champions.  

"Des choses intéressantes à l'entraînement"

"Au regard de ces circonstances, nous savions que l'équipe ne serait pas prête à livrer une partie très aboutie mais on imaginait tous un autre match pour débuter l'année", a ainsi avoué Gille sur le site de la Fédération française de handball. Il espère maintenant voir samedi une toute autre prestation de ses joueurs, qui vont tenter de reprendre le goal-average particulier à la Serbie. "L'idée est de mettre les ingrédients pour retrouver une équipe performante. Aussi montrer un visage plus conforme à ce que ce groupe est en mesure de délivrer. Le projet de jeu continue de se préciser. Il y a des choses intéressantes à l'entraînement mais ce qui fait la différence, c'est le niveau d'engagement, l'envie et l'état d'esprit." Des ingrédients qu'on espère retrouver à la Maison du handball, sans Elohim Prandi, remplacé par Jean-Jacques Acquevillo, et aussi, évidemment, lors d'un Mondial où les Bleus essaieront de faire oublier leur dernier Euro catastrophique, qu'ils avaient terminé à la 14e place.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.