Bleus : Dinart débarqué, Gille intronisé

Bleus : Dinart débarqué, Gille intronisé©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mardi 28 janvier 2020 à 11h50

La FFH a confirmé mardi que Didier Dinart était remercié et remplacé par son adjoint Guillaume Gille, qui assurera l'intérim.



L'échec des Bleus lors de l'Euro 2020 aura bien été celui de trop pour Didier Dinart. Nommé à la tête de l'équipe de France pour succéder à Claude Onesta en 2016, l'ancien défenseur sacré deux fois champion olympique, trois fois champion du monde et deux fois champion d'Europe a payé cher la baisse progressive des résultats des Bleus depuis sa prise de fonction. Les dirigeants de la Fédération Française de handball ont confirmé mardi lors d'une conférence de presse qu'ils avaient décidé de mettre un terme au mandat de Didier Dinart à moins de trois mois du Tournoi de Qualification Olympique organisé à l'AccorHotels Arena de Paris-Bercy où les Tricolores affronteront la Croatie, vice-championne d'Europe, mais également sa récente bête noire le Portugal et la Tunisie, vice-championne d'Afrique à la suite de sa défaite face à l'Egypte en finale du championnat continental.

Gille pour assurer la transition 

Après le titre mondial acquis devant son public en 2017, le renouvellement de l'effectif des Bleus entamé par Didier Dinart n'a pas porté ses fruits. Après le bronze acquis lors de l'Euro 2018, compétition marquée par un échec cuisant en demi-finale face à l'Espagne, les Tricolores ont obtenu le même résultat à l'occasion du Mondial 2019. Mais la leçon administrée par le Danemark lors des demi-finales aurait dû être considérée comme un signal d'alarme pour le staff tricolore emmené par Didier Dinart. La défaillance des Bleus lors du Tour Préliminaire de l'Euro 2020, avec des défaites face au Portugal et à la Norvège qui a scellé leur sort dès la deuxième journée, mais également la rupture consommée entre l'entraîneur et les joueurs ont convaincu les dirigeants du handball français qu'un changement était nécessaire. Un changement qui se fera dans la continuité puisque, là aussi comme annoncé, Guillaume Gille, adjoint de Didier Dinart depuis sa prise de fonctions à l'automne 2016 et chargé également de la préparation physique de l'équipe, qui prendra la suite en vue de ce TQO crucial à plus d'un titre et présenté mardi par Philippe Bana comme une « mission commando ». Après avoir eu « une pensée pour Didier (Dinart), qui vit une situation délicate », Gille a évoqué « l'énorme responsabilité » qui lui incombe avec cette nomination qui intervient avec à l'horizon un tel objectif.  Mais sans en avoir peur pour autant. « J'ai envie de me mesurer à ce défi : se relever, faire en sorte que l'équipe retrouve une confiance effilochée et des repères ». Et à ceux qui estiment que cet intérim a tout d'un cadeau empoisonné, le successeur de Dinart estime que « même s'il l'est (empoisonné), c'est aussi l'engagement que j'ai essayé de mettre derrière la proposition de la Fédération. Les données ne sont pas simples mais j'ai envie d'œuvrer et de construire avec l'équipe quelque chose qui nous permette ce rebond. »

Delplanque : « L'une des décisions les plus difficiles que j'ai eues à prendre »

Un discours qui va dans le sens de celui de Joël Delplanque. En préambule à cette annonce qui faisait office de secret de polichinelle, le patron du handball français était revenu sur le séisme provoqué par cette élimination prématurée de l'Euro, qui a conduit par extension à la mise à l'écart de Dinart. « La décision fait partie sans doute des plus difficiles et importantes que j'ai eues à prendre, a reconnu Delplanque. Je l'ai prise en conscience et en responsabilité, c'était difficile sur un plan humain et quant aux conséquences qu'une telle décision pouvait avoir pour l'avenir de notre Fédération. Nous avons montré en d'autres circonstances par le passé notre capacité à réagir. Les échecs de nos deux équipes de France ne peuvent pas laisser indifférent, c'est impossible, impossible, impossible. Je vais appeler encore une fois à toutes et à tous à organiser sous des formes que nous verrons ultérieurement la réaction et le rebond auxquels j'aspire pour notre sport (...) J'ai ressenti cette élimination comme un véritable choc, qui s'est largement diffusé au sein de l'ensemble de la Fédération, au sein d'ébranler certaines certitudes, c'est dire l'ampleur qu'a représenté cet échec inacceptable et humiliant pour notre équipe. C'est d'autant plus difficile à vivre que rien ne laissait penser qu'une telle issue était possible. Nous avions tous en tête par ailleurs ce match de Guimaraes (première des deux défaites contre le Portugal, au Portugal celle-ci) et tout nous permettait de penser que la vigilance était au rendez-vous. La déception surmontée, il était indispensable que l'on engage dans les meilleures conditions possibles le debriefing détaillé et précis de ce qui nous avait amené à cet échec cuisant. J'ai annulé mon déplacement en Tunisie pour la CAN pour être présent au retour de l'équipe de France (...) Dans cet entretien, il est ressorti la nécessité de prendre des décisions importantes. » Et de passer le relais à Guillaume Gille.

Avec A.C

Vos réactions doivent respecter nos CGU.